Conflit avec les intermittents du spectacle : le gouvernement nomme un médiateur

A l'approche des festivals de l'été, Matignon cherche à apaiser les intermittents, qui ont déjà causé l'annulation de plusieurs spectacles à Montpellier.

Un manifestant tient une pancarte, le 13 mars 2014, lors d\'un rassemblement d\'intermittents du spectacle, à Paris.
Un manifestant tient une pancarte, le 13 mars 2014, lors d'un rassemblement d'intermittents du spectacle, à Paris. (CITIZENSIDE/VALENTINA CAMOZZA / AFP)

A l'approche des festivals de l'été, Matignon cherche à apaiser les intermittents. Le gouvernement a annoncé, samedi 7 juin, la nomination d'un médiateur chargé d'une "mission de propositions" dans le dossier des intermittents du spectacle, qui protestent contre une réforme de leur mode d'indemnisation chômage.

Le député PS d'Indre-et-Loire Jean-Patrick Gilles devra conduire un "dialogue avec l'ensemble des parties concernées", dont les intermittents qui ont déposé un préavis de grève pour le mois de juin, et remettre ses propositions au gouvernement "sous 15 jours", selon Matignon. L'élu a été rapporteur, l'an dernier, de la mission parlementaire sur les conditions d'emploi dans les métiers artistiques.

Une réforme qui ne passe pas

Les intermittents, soutenus par le monde du spectacle, ont multiplié les actions, ces dernières semaines, pour obtenir du gouvernement qu'il ne signe pas la convention chômage qui réforme leur régime. Ainsi, une trentaine d'intermittents du spectacle occupaient samedi, en début de soirée, l'Opéra Bastille, à Paris, où devait se dérouler une représentation de "La Traviata".

La convention chômage contestée doit être examinée, le 18 juin, par le Conseil national de l'emploi. Sa signature est envisagée "dans la dernière semaine de juin" par le ministre du Travail, François Rebsamen.