Cet article date de plus de sept ans.

Hollande : une conférence de presse, pour quoi faire ?

François Hollande tient ce jeudi la quatrième conférence de presse depuis son accession à la présidence en mai 2012. Il doit répondre aux questions de 350 journalistes après une rentrée calamiteuse. L'exercice s'annonce difficile, 48 heures après le discours de politique générale du Premier ministre, et juste avant le retour annonce de Nicolas Sarkozy. Difficile de savoir qu'en attendre.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (François Hollande tiendra ce jeudi la quatrième conférence de presse de son quinquennat © MAXPPP)

Une conférence de presse pour rien ? C'est faux, répond évidemment l'Elysée... Tout d'abord, François Hollande tient là un engagement, non tenu par d'autres, comprenez l'ex-président Nicolas Sarkozy. L'engagement de jouer la transparence démocratique, quelles que soient les circonstances.

►►► À LIRE | Retour sur la troisième conférence de presse de François Hollande

Or pour le coup, François Hollande n'a que des coups à prendre. Après un remaniement forcé, un ministre renvoyé pour ne pas avoir payé ses impôts, un brûlot écrit par son ex-compagne, et jusqu'à la gaffe d'un ministre - Emmanuel Macron, ce mercredi - sur des "illettrées" chez Gad, qui rappellent immanquablement les supposés "sans dents" du président.

Hervé Mariton, UMP : "J'attends que François Hollande nous dise où on en est"
écouter

Répartition des rôles

Dans ces conditions, comment tenir deux heures durant sous le feu des questions de 350 journalistes ? En mettant en avant l'international, où il est à l'offensive. L'Elysée avance d'ailleurs une répartition des rôles avec Manuel Valls : au Premier ministre, les questions intérieures, et notamment l'économie, largement évoquées mardi à l'Assemblée, et à François Hollande, les questions régaliennes.

Razzy Hammadi, PS : "J'attends le président sur le dessein français"
écouter

Jusqu'ici, le président a toujours aimé les conférences de presse, qu'il a systématiquement pris un malin plaisir à faire durer. S'en tiendra-t-il cette fois, aux deux heures annoncées ? "On va au moins essayer de tenir cet engagement-là ", sourit un conseiller.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.