Grand Est : Masseret (PS) se maintient, "la meilleure façon de s'opposer au FN"

Le candidat socialiste dans la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, Jean-Pierre Masseret, a confirmé lundi midi qu'il ne retirerait pas sa liste, malgré les consignes du patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis. 'C'est la meilleure façon de nous opposer au FN" explique le sortant.

(Jean-Pierre Masseret est arrivé troisième au premier tour, derrière Florian Philippot et Philippe Richert © MaxPPP)

Entre la direction du PS et le candidat Jean-Pierre Masseret, le bras de fer est engagé. Dès dimanche soir, ce dernier avait fait savoir qu'il ne se retirerait pas de la course aux régionales, malgré un score qui l'a placé en troisième position (16,11%), loin derrière Florian Philippot du Front national (36,06%) et le candidat du parti Les Républicains Philippe Richert (25,83%).

A LIRE AUSSI ►►► Régionales 2015 : découvrez les résultats dans votre commune

Ce lundi matin, Jean-Pierre Masseret persiste et signe par SMS.

"Cela ne serait ni digne, ni juste, ni intelligent" a déclaré dimanche soir Jean-Pierre Masseret
--'--
--'--

Quitte à se mettre à dos le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, qui a pourtant donné des consignes claires :**

"Il y a une prise de position du bureau national, Jean-Pierre Masseret devra la respecter. Point." 

Et, lors d'une conférence de presse lundi à la mi-journée, Jean-Pierre Masseret a justifié son maintien. "Nous pensons que c'est la meilleure façon de s'opposer au FN" . Aux yeux du leader socialiste qui brigue un troisième mandat à 71 ans, "c'est l'affrontement avec le FN qui fera reculer le parti" .  Et le chef de file des socialistes dans la région Alsace-Lorraine-Champagne Ardennes est prêt à à être "accusé de tous les maux." 

"Nous considérons que les électeurs de gauche ont besoin d'être représentés dans la nouvelle assemblée" Jean-Pierre Masseret, chef de file du PS dans le Grand Est
--'--
--'--

Le patron des socialistes avait indiqué dimanche soir que le PS ferait "barrage républicain" en retirant ses candidats dans les régions où le Front national peut l'emporter au second tour, citant Provence-Alpes-Côte d'Azur et Nord-Pas-de-Calais-Picardie. 

A LIRE AUSSI ►►► A Marseille, des militants PS n'acceptent pas le retrait de la liste

De son côté, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a jugé que "Jean-Pierre Masseret, compte tenu des résultats, devrait prendre la mesure de la situation".