Grand débat : la CFDT veut des réponses "concrètes" du gouvernement aux "défis sociaux et écologiques"

Les partenaires sociaux vont rencontrer le Premier ministre à Matignon, lundi.

Laurent Berger s\'exprime devant l\'Elysée, à Paris, le 10 décembre 2018.
Laurent Berger s'exprime devant l'Elysée, à Paris, le 10 décembre 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le rendez-vous est pris. Lundi 6 mai, le Premier ministre Edouard Philippe va rencontrer les partenaires sociaux à Matignon, plus d'une semaine après l'annonce de mesures par Emmanuel Macron pour clore le grand débat national. Une réunion très attendues par les syndicats. Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a notamment expliqué aux Echos, dans une interview à paraître vendredi 3 mai, qu'il attendait "des propositions permettant de faire face aux défis sociaux et écologiques", notamment une prime de transport obligatoire.

Laurent Berger demande "des réponses extrêmement concrètes" aux revendications de la CFDT, qui a signé un "pacte du pouvoir de vivre" avec 18 autres syndicats, associations et ONG.

"Lundi, c'est le lancement d'un processus"

Parmi ces revendications, "l'obligation pour les employeurs d'attribuer une prime de transport obligatoire pour les salariés en l'absence de négociation d'un accord de mobilité, un encadrement des rémunérations dans les entreprises, des aides au logement renforcées pour les salariés ou encore un pacte de mobilité pour les jeunes", énumère-t-il.

Laurent Berger regrette aussi "un manque de souffle sur la question écologique lors de l'intervention du chef de l'Etat", et réclame "un investissement massif" sur "les déplacements ou le logement". "Lundi, c'est le lancement d'un processus qui ne doit oublier personne."