Remaniement : Matignon rappelle l'exigence de parité dans les cabinets ministériels

La circulaire envoyée par le directeur de cabinet d'Elisabeth Borne exige une parité d'au moins 40% dans les cabinets et à désigner des femmes aux postes de directions.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Elisabeth Borne, le 21 juillet 2023, à l'Elysée. (BERTRAND GUAY / AFP)

La parité concerne aussi les conseillers. Les ministres nouvellement nommés au gouvernement doivent respecter "une proportion équilibrée d'hommes et de femmes" dans leurs équipes, exige le directeur de cabinet d'Elisabeth Borne, Jean-Denis Combrexelle, dans une circulaire datée de jeudi 20 juillet que l'AFP s'est procurée.

Rappelant la nouvelle loi qui renforce l'accès des femmes aux responsabilités dans la haute fonction publique, il demande aux ministres restés en place de "continuer de ne procéder à aucune nomination qui aggraverait l'écart par rapport à l'objectif de parité", dans cette circulaire révélée par Le Parisien. Même consigne aux nouveaux arrivants dans la suite de leurs fonctions.

Parité respectée au gouvernement

La loi du 19 juillet 2023 fixe un objectif de parité dans les cabinets ministériels d'ici au 1er janvier 2026. Adoptée par le Parlement début juillet, elle porte à 50%, contre 40% actuellement, le taux de personnes de chaque sexe devant être nommées à un premier emploi supérieur ou de direction. La disposition entrera en vigueur en 2026 dans la fonction publique d'État et la fonction publique hospitalière, et dès le renouvellement des assemblées délibérantes des collectivités.

Le nouveau gouvernement respecte les équilibres, 21 femmes (dont la Première ministre) et 20 hommes. Toutefois, seule Catherine Colonna occupe un poste régalien. De plus, seules six ministres de plein exercice sont des femmes, contre dix hommes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.