Cet article date de plus d'un an.

Réformes des retraites : les membres du gouvernement invités à limiter leurs déplacements publics, confirme Olivier Dussopt

Evoquant des "forces de l'ordre épuisées", le ministre du Travail a expliqué qu'"il est normal de prioriser" la mobilisation des forces de l'ordre.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, sur le perron de l'Elysée, en décembre 2022. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS)

Le ministre du Travail confirme ce dimanche sur France Inter qu'"il nous a été demandé de n'organiser des déplacements publics que lorsque c'est nécessaire". Et cela, assure Olivier Dussopt, parce que "nos forces de l'ordre sont épuisées" par les manifestations contre la réforme des retraites qu'il défend. 

>> Retraites : "Nous avons fait ce que les Français attendaient de nous", défend Elisabeth Borne sur l'utilisation du 49.3 pour faire passer la réforme

Olivier Dussopt ajoute que "cela ne veut pas dire interdire tous les déplacements". Pour lui, cette décision est "nécessaire" parce que "nos forces de l'ordre sont mobilisées tous les soirs".

"Pas faire porter la faute du désordre sur les forces de police" 

Selon le ministre du Travail, "ce week-end est une belle illustration (...) avec des milliers de policiers [des gendarmes] qui doivent être mobilisés à Sainte-Soline face aux émeutiers", lors des violents affrontements de ce samedi dans les Deux-Sèvres avec des manifestants qui dénoncent l'installation de bassines. Ainsi, "il est normal de prioriser" la mobilisation des forces de l'ordre. "Ce que je trouve grave, c'est que nos forces de l'ordre soient autant mobilisées pour faire face à des phénomènes de violence", conclut-il.

Le ministre a également estimé qu'il ne faut "pas faire porter la faute du désordre sur les forces de police" après les affrontements violents à Sainte-Soline (Deux-Sèvres) samedi 25 mars, qui dénonce des "violences inquiétantes". Olivier Dussopt affirme qu'il "faut faire très attention à ne pas inverser les échelles de valeur", ajoutant que "Le problème, ce n'est pas la police. Le problème, ce sont les fauteurs de trouble, les casseurs et les émeutiers".

Selon lui, "lorsqu'il y a des mauvais gestes, des fautes commises par les forces de l'ordre, il y a des enquêtes et il y a des sanctions". "Les responsables de gauche qui ont parlé pour Sainte-Soline d'une 'promenade dans les champs' alors que dans le même temps nous avons des images, des policiers qui subissent des tirs de mortier et de cocktail Molotov (...), n'inversons pas les valeurs", dénonce-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.