Cet article date de plus d'un an.

La ministre Caroline Cayeux s'excuse une nouvelle fois pour ses "propos stupides et maladroits" au sujet du mariage pour tous

"Si je ne peux nier les avoir tenus, évidemment que je ne les utiliserais plus et les regrette", confie au "Parisien" la ministre des Collectivités territoriales.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La ministre Caroline Cayeux, le 11 juillet 2022, au ministère de l'Intérieur, à Paris. (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

Un rétropédalage en règle pour tenter de mettre fin à la polémique. "Je comprends que ces propos stupides et maladroits aient pu autant blesser", a déclaré jeudi 14 juillet la ministre des Collectivités territoriales, dans une interview au Parisien.

L'ancienne maire de Beauvais avait d'abord affirmé mardi sur Public Sénat qu'elle maintenait d'anciennes déclarations datant de 2013 "sur le mariage pour tous et l'adoption pour les couples de même sexe, qualifiés de réforme de caprice et de dessein qui va contre la nature". Elle avait aussi tenté de se défendre maladroitement. "J'ai beaucoup d'amis parmi tous ces gens-là et franchement, c'est un mauvais procès que l'on me fait." 

"Mes excuses les plus sincères"

La ministre a choisi de changer de version et de réitérer ses excuses. "Les propos mentionnés remontent à dix ans. Et si je ne peux nier les avoir tenus, évidemment que je ne les utiliserais plus et les regrette, explique-t-elle au Parisien. Je tiens ici à renouveler toutes mes excuses les plus sincères car ils ne reflètent pas du tout ma pensée." 

Plusieurs associations antihomophobie ont annoncé mercredi avoir déposé plainte à Paris contre la ministre. "Je fais partie de 'ces gens-là'", a aussi réagi Clément Beaune sur LCILe ministre délégué aux Transports a jugé appartenir à un gouvernement engagé sans ambiguïté pour "défendre la ligne de l'égalité et des droits". Il a toutefois qualifié d'"extrêmement blessants" les propos tenus mardi par Caroline Cayeux. Doit-elle démissionner ? "Ce n'est pas à moi de le dire", a-t-il répondu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.