"ISF vert" : "Il ne s'agit pas de faire des nouveaux impôts", déclare Elisabeth Borne, défavorable à la création de cette taxe

Elisabeth Borne préconise de "réorienter nos ressources" plutôt que de créer un "ISF vert", comme préconisé par le rapport de l'économiste Jean Pisani-Ferry.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La 1ère ministre Elisabeth borne visite le Parc National des forêts en Côte d'Or, en compagnie de Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire à la Fête de la Nature (ANNE RENAUT / AFP)

Lors de son déplacement vendredi 26 mai au Parc national de forêts en Côte d'Or pour la Fête de la nature, Elisabeth Borne a accordé une interview à nos confrères de France Culture. Questionnée sur la création d'un "ISF vert", en lien avec le rapport de l'économiste Jean Pisani-Ferry, missionné par elle pour évaluer les impacts économiques de la transition écologique en France, la Première ministre répond que oui, "il faut accélérer" la transition écologique et que "cela passe par différentes mesures". Elisabeth Borne le concède, "il faudra évidemment plus de financements". Combien ? La Première ministre "est en train de chiffrer les besoins supplémentaires" mais "il y aura des augmentations de budget dans le projet de loi de finances pour 2024".

>>> Climat : "On va devoir faire beaucoup d'investissements pour décarboner l'économie", alerte l'économiste Jean Pisani-Ferry

Elisabeth Borne est revenue sur la préconisation de taxer le patrimoine financier des plus aisés via un "ISF vert" : "En France, on a le taux de prélèvement obligatoire sans doute le plus élevé au monde. Il ne s'agit pas de faire des nouveaux impôts", fermant ainsi la porte à la mesure. Elle se prononce en revanche pour "réorienter nos ressources, nos financements, en faveur de la transition écologique". Pour ce faire, Elisabeth Borne affirme avoir "demandé à chaque ministre de regarder dans son budget pour dégager 5% qui peuvent être redéployés précisément au bénéfice de la transition écologique".

Le rapport Pisani-Ferry, présenté lundi 22 mai, affirme notamment que la transition vers une économie décarbonée nécessite des investissements massifs et ne pourra réussir sans aider les ménages et alourdir la dette publique. Le rapport évoque le chiffre de 66 milliards d'euros supplémentaires par an pour la transition énergétique. Il préconise également de taxer le patrimoine financier des plus aisés via un "ISF vert".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.