Vente des Aéroports de Paris : bonne ou mauvaise affaire pour l'État ?

Alors que l'État envisage de céder Aéroports de Paris à une entreprise privée, David Boéri revient sur les éventuelles conséquences d'une telle proposition.

Cette vidéo n'est plus disponible

L'État songe à céder ses parts d'Aéroports de Paris, ce qui pourrait lui rapporter 8 milliards d'euros. Sur le plateau du 19/20, David Boéri revient sur cette idée qui ne serait pas forcément une bonne affaire. "Sur le papier, il s'agit d'une belle opération financière. Mais, en vendant ses parts, l'État se priverait de confortables revenus, car l'aérien est une activité de plus en plus rentable. Le trafic progresse très vite et ses bénéfices bondissent : l'État actionnaire a gagné près de 300 millions d'euros en dividende. La vente ne serait donc pas forcément rentable", explique-t-il.

Hors du rôle de l'État ?

Concrètement, la gestion des aéroports fait partie du rôle de l'État. Le journaliste ajoute : "Roissy est la première porte d'entrée sur le territoire. Douanier, police, gendarmes, CRS : l'aéroport est administré par de nombreux services de l'État. Les décisions sont d'&ailleurs systématiquement validées par le préfet de l'aéroport avec des règles de sécurité hors normes. Dans de nombreux pays, dont les États-Unis, aucun aéroport n'est géré par un opérateur privé." 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le tarmac de l\'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, le 18 janvier 2016. 
Le tarmac de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, le 18 janvier 2016.  (MICHAEL BUNEL / NURPHOTO / AFP)