Nantes : des zadistes déversent devant la préfecture des centaines de restes de grenades lacrymogènes

Cette action a pour but de dénoncer "les violences policières", selon les zadistes, a constaté franceinfo jeudi.

Des centaines de grenades lacrymogènes déposées devant la préfecture de Loire-Atlantique à Nantes, le 19 avril 2018.
Des centaines de grenades lacrymogènes déposées devant la préfecture de Loire-Atlantique à Nantes, le 19 avril 2018. (DAMIEN TRIOMPHE / RADIO FRANCE)

Une dizaine de zadistes dont déversé, jeudi 19 avril à la mi-journée, devant les marches de la préfecture de Loire-Atlantique à Nantes, des centaines de restes de grenades lacrymogènes utilisées par les forces de l'ordre lors de l'opération d'évacuation de la ZAD à Notre-Dame-des-Landes.

11 000 grenades lancées, selon les zadistes

Cette action vise à dénoncer "les violences policières", ont-ils expliqué, affirmant que 270 zadistes ont été blessés dont une dizaine sérieusement. Selon eux, 11 000 grenades ont été lancées depuis le début des affrontements, dont 8 000 grenades lacrymogènes et 3 000 grenades explosives.

Des grenades lacrymogènes déposées devant la préfecture de Loire-Atlantique à Nantes, le 19 avril 2018.
Des grenades lacrymogènes déposées devant la préfecture de Loire-Atlantique à Nantes, le 19 avril 2018. (DAMIEN TRIOMPHE / RADIO FRANCE)

A l'issue d'une réunion entre les zadistes de Notre-Dame-des-Landes et la préfète des Pays-de-la-Loire, mercredi à Nantes, le ministre de la Transition écologique et solidaire  Nicolas Hulot a lancé un "appel à la raison" aux zadistes de Notre-Dame-des-Landes, déclarant notamment qu'il ne fallait "pas confondre écologie et anarchie".