Les casses automobiles submergées à cause de la prime à la conversion

Avec la revalorisation de la prime à la conversion, de plus en plus d'automobilistes changent leurs vieilles voitures. Les casses automobiles ont du mal à faire face à cet afflux.

FRANCE 2

Depuis un an et la revalorisation de la prime à la conversion, l'activité de cette casse automobile d’Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin) a augmenté de 30%, soit 400 à 500 arrivées de véhicules supplémentaires. "Ҫa n'arrête pas, et là encore c'est le matin, mais à 14 heures le parking est plein, les camions arrivent, ça n'arrête jamais", explique Catherine Cordes, la gérante du site. L'entreprise familiale a dû embaucher trois personnes en CDI et doubler ainsi ses équipes pour gérer cet afflux permanent.

300 000 Français ont bénéficié de la prime en 2018

Certaines casses automobiles se désolent aussi de devoir détruire des véhicules qui auraient pu rejoindre le marché de l'occasion. "On va détruire des véhicules qui avaient encore une durée de vie tout à fait raisonnable et qui permettaient à des jeunes conducteurs, par exemple, de trouver des véhicules d'occasion à des prix raisonnables", souligne Véronique Nollet, gérante d'un autre casse automobile. L'an dernier, 300 000 Français ont bénéficié de la prime à la conversion, qui a été doublée cette année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une voiture sur laquelle est inscrit le montant de la prime à la casse est exposée par un concessionnaire automobile, le 20 octobre 2009, à Hérouville-Saint-Clair (Calvados).
Une voiture sur laquelle est inscrit le montant de la prime à la casse est exposée par un concessionnaire automobile, le 20 octobre 2009, à Hérouville-Saint-Clair (Calvados). (MYCHELE DANIAU / AFP)