La plainte de Gérald Darmanin contre Audrey Pulvar concerne "une succession de propos", précise le ministère de l'Intérieur

L'entourage du ministre de l'Intérieur précise à franceinfo que la plainte vise notamment d'anciens propos tenus par la candidate PS en Île-de-France. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Gerald Darmanin en mai 2021.  (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)

"La plainte que le ministre déposera s'inscrit dans une succession de propos [d'Audrey Pulvar], notamment ce week-end lors d'une interview sur franceinfo, ou encore des propos tenus en juin 2020 et exhumés ce week-end", précise l'entourage de Gérald Darmanin à franceinfo, lundi 24 mai. "C'est un tout."

Le ministre de l'Intérieur a annoncé dimanche 23 mai porter plainte contre la tête de liste aux régionales en Île-de-France, soutenue par le PS. "Les propos de Madame Pulvar dépassent le simple cadre d’une campagne électorale et viennent profondément diffamer la police de la République. Je porte plainte au nom du ministère de l’Interieur", a écrit Gérald Darmanin sur Twitter ce dimanche.

Samedi sur franceinfo, Audrey Pulvar avait jugé la manifestation des forces de l'ordre mercredi "glaçante". Une manifestation "soutenue par l'extrême droite, à laquelle participe un ministre de l'Intérieur, qui marche sur l'Assemblée nationale pour faire pression sur les députés en train d'examiner un texte de loi concernant la justice, c'est une image qui pour moi était assez glaçante et je ne souhaitais pas y participer", a expliqué la candidate en Île-de-France.

Des propos frappés par la prescription ?

La plainte vise également une vidéo de juin 2020, exhumée samedi sur Twitter par Pierre Liscia, porte-parole de Libres!, le mouvement de Valérie Pécresse, candidate à sa réélection en Île-de-France. Audrey Pulvar y dénonce notamment "le racisme dans la police" : "Le racisme dans le police, c’était Charonne, en 1962. Le racisme dans la police c’était il y a 30 ans l’assassinat, parce que c'en était un, de Malik Oussekine (...) La famille de Malik Oussekine et tous ceux qui ont pleuré la mort de Malik Oussekine attendent toujours aujourd'hui les excuses de la police française pour cet assassinat. La violence et le racisme dans la police, c’était, il y a 15 ans, Zyed et Bouna, pour lesquels nous attendons encore les excuses de la police. Le racisme dans la police, c’est évidemment aujourd’hui Théo, c’est évidemment Adama." Ces propos risquent toutefois d'être frappés par la prescription, le délai étant de trois mois en matière de diffamation. 

L'entourage de Gérald Darmanin indique que la plainte sera "préparée et signée par le ministre au plus vite". 

Audrey Pulvar va également porter plainte

Assigner "au silence une candidate à une élection" ne peut être "interprété autrement que comme une grossière manœuvre d'intimidation", a déclaré Me Patrick Klugman, l'avocat d'Audrey Pulvar, lors d'un point presse lundi 24 mai. "Nous avons donc décidé de porter plainte devant la Cour de justice de la République des chefs de dénonciation calomnieuse et nous agirons par la voix civile sur le fondement de la diffamation."

De son côté, la liste d'Audrey Pulvar, Île-de-France en commun, dénonce dans un communiqué "une atteinte à la liberté d'expression d'une extrême gravité". Pour elle, il s'agit d'une "tentative d'intimidation d'une candidate d'opposition, par un ministre de l'Intérieur, par ailleurs en charge de l'organisation des élections". Une intimidation "sans précédent sous la Ve République", estime-t-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gérald Darmanin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.