Des paroles et des actes, France 2

VIDEO. Pourquoi Marine Le Pen n'a pas débattu avec Martin Schulz dans DPDA

Invitée de France 2 jeudi soir, la présidente du FN n'a pas voulu débattre avec le président du Parlement européen.

FRANCE 2

"Quand on organise un débat politique, un face-à-face, c'est entre deux personnes consentantes." Recevant la présidente du Front national, Marine Le Pen, jeudi 10 avril dans l'émission "Des paroles et des actes" sur France 2, David Pujadas est revenu brièvement sur la raison pour laquelle son invitée n'a pas débattu avec le président du Parlement européen, le socialiste Martin Schulz, comme cela était initialement prévu.

"Ça fait partie du rapport de confiance : personne ne dicte sa loi à quiconque ici, et comme partout ailleurs, quand on organise un débat politique, un face-à-face, c’est entre deux personnes consentantes, a expliqué David Pujadas. On ne peut pas forcer quelqu’un à dialoguer et cela quel que soit l’invité."

Schulz : "Que Marine Le Pen joue selon les règles de tous !"

Or, Marine Le Pen n'a pas souhaité débattre avec le président du Parlement européen. "Marine Le Pen préférait débattre avec quelqu'un qui se présente aux suffrages des Français, avait déjà expliqué le rédacteur en chef de l'émission, Gilles Bornstein, au site internet de Télérama. Nous avons tenté de la convaincre car, dans le contexte des élections européennes, le choix de M. Schulz nous paraît pertinent. Elle a exprimé son droit de véto - dont dispose chaque invité - mais n'a en aucun cas choisi son remplaçant ou les journalistes qui vont l'interroger."

Dans une tribune publiée sur le site Rue89, Martin Schulz estime de son côté que Marine Le Pen a eu "peur" de débattre avec lui. "Elle ne veut pas débattre avec un député européen, car elle sait qu’elle n’a aucun bilan à défendre au Parlement européen, écrit Martin Schulz. Elle ne veut pas débattre avec un homme politique européen qui réfutera point par point ses arguments populistes pour l’Europe. Elle ne veut pas, enfin, débattre avec un Européen, parce que ce serait admettre que l’Europe existe ! Nous acceptons que Marine Le Pen prenne part au débat démocratique, mais nous exigeons qu’elle joue selon les règles de tous."

(FRANCE 2)