Marine Le Pen "irréprochable" selon le président du Crif : la polémique en trois actes

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France a dû préciser ses propos, lundi, après avoir affirmé que la présidente du FN était "irréprochable personnellement".

Roger Cukierman lors du dîner annuel du Crif, le 4 mars 2014, à Paris.
Roger Cukierman lors du dîner annuel du Crif, le 4 mars 2014, à Paris. (MAXPPP)

Qu'a voulu dire le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman, en qualifiant Marine Le Pen d'"irréprochable", lundi 23 février ? Ses propos, tenus sur Europe 1, ont en tout cas aussitôt déclenché une vive polémique, au point de le pousser à préciser sa pensée, un peu plus tard dans la journée.

Acte 1 : Cukierman juge Marine Le Pen "irréprochable"

Alors que le Crif tient son grand dîner annuel, lundi soir, son président affirme que même si elle n'y est pas conviée, la présidente du Front national est "irréprochable personnellement""Je crois que nous sommes tous conscients dans le monde juif que, derrière Marine Le Pen, qui est irréprochable personnellement, il y a tous les négationnistes, les vichystes, les pétainistes et donc pour nous, le Front national est un parti à éviter", développe-t-il.

"Le Front national est un parti pour lequel je ne voterai jamais, mais c'est un parti qui, aujourd'hui, ne commet pas de violence" à caractère antisémite, poursuit Roger Cukierman. "Il faut dire les choses : toutes les violences aujourd'hui sont commises par des jeunes musulmans."

EUROPE 1

Acte 2 : la sortie de Cukierman largement condamnée

Lundi matin, les propos de Roger Cukierman ont fait bondir l'avocat et historien Serge Klarsfeld, fils d'un déporté à Auschwitz-Birkenau. "Madame Le Pen n'a pas rompu avec son père. Elle dirige le Front national, qui porte le passif des prises de position antisémites du père, qui est président d'honneur du FN", a-t-il réagi auprès de l'Agence France-Presse.  

Des propos qui ont également fait réagir, sur Twitter, le député PS Alexis Bachelay, la députée UMP Isabelle Balkany, l'ancienne patronne du Medef, Laurence Parisot, ou encore le journaliste Jean Birnbaum.

Après les propos de Roger Cukierman sur la "minorité de la communuaté musulmane" "responsable" des actes antisémites, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a décidé de ne pas se rendre, lundi soir, au dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France 

Acte 3 : Cukierman précise ses propos

Face au tollé suscité par ses propos, le président du Crif a tenu à préciser sa pensée. "Madame Le Pen n'est pas fréquentable parce qu'elle ne s'est pas désolidarisée des propos de son père", a-t-il expliqué auprès de l'Agence France-Presse. "Son parti est rempli de vichystes et de pétainistes" et il "n'est pas souhaitable pour la France", a-t-il ajouté, avant de conclure : "Je ne voterai jamais pour le FN".