Le Conseil français du culte musulman boycotte le dîner du Crif

Le CFCM ne se rendra pas au dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France après des propos de Roger Cukierman sur les jeunes musulmans, lundi 23 février.

Dalil Boubaker, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), à Paris, le jour de l\'attaque contre \"Charlie Hebdo\", le 7 janvier 2015.
Dalil Boubaker, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), à Paris, le jour de l'attaque contre "Charlie Hebdo", le 7 janvier 2015. (CITIZENSIDE.COM / AFP)

"Irresponsables et inadmissibles." Le bureau exécutif du Conseil français du culte musulman (CFCM) a condamné vivement les propos tenus, lundi 23 février, par Roger Cukierman, président du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France). Le CFCM a décidé de ne pas participer au dîner du Crif, lundi soir.

"Le Front national est un parti pour lequel je ne voterai jamais, mais c'est un parti qui, aujourd'hui, ne commet pas de violence" à caractère antisémite, a déclaré Roger Cukierman sur Europe 1. "Il faut dire les choses : toutes les violences [à caractère antisémite] aujourd'hui sont commises par des jeunes musulmans. Bien sûr, c'est une toute petite minorité de la communauté musulmane et les musulmans en sont les premières victimes."

"Des attaques graves et infondées"

Les instances musulmanes ont réagi quelques heures plus tard. "Le CFCM ne peut accepter que la composante musulmane de France soit aujourd'hui l'objet d'attaques aussi graves qu'infondées", peut-on lire dans un communiqué du CFCM. "Comment voulez-vous qu'on aille à un dîner se mettre en face de quelqu'un qui passe son temps à baver sur les jeunes musulmans ?" a réagi Abdallah Zekri, membre du CFCM, contacté par francetv info.

"Il faut que monsieur Cukierman se mette dans la tête qu'il n'y a pas de jeunes musulmans, mais des citoyens français de confession musulmane, comme il y a des citoyens français juifs", a ajouté Abdallah Zekri. Il assure avoir reçu des dizaines de "coups de fil" de membres de la communauté juive exprimant leur désaccord avec Roger Cukierman. "Ensuite, si monsieur Cukierman veut venir s'expliquer, la porte est ouverte pour le dialogue, mais personnellement, je ne me déplacerai pas, c'est à lui de venir", a précisé Abdallah Zekri.

"Juifs et musulmans, nous sommes sur le même bateau"

En début de soirée, au micro de RTL, Roger Cukierman a dit "regretter" le refus du CFCM de participer à la soirée du Crif. Il a dit avoir demandé à Dalil Boubakeur, par téléphone, de revenir sur cette décision "pas du tout raisonnable et réfléchie".

"J'ai certes dit que la quasi-totalité ou l'immense majorité des actes de violence physique commis en France contre des juifs sont commis par des jeunes musulmans, mais j'ai également ajouté que c'était une infime minorité de la communauté musulmane qui en était responsable", a déclaré le président du Crif.

Puis, à la tribune du dîner du Crif, Roger Cukierman a une nouvelle fois tenté de faire retomber la pression, en exprimant son "vif regret" de l'absence du CFCM. "Juifs et musulmans, nous sommes sur le même bateau, j'espère que le contact sera rapidement rétabli", a-t-il déclaré, rappelant son amitié "ancienne et sincère" avec Dalil Boubakeur.