Les Français de moins en moins nombreux à voir le Rassemblement national comme un danger pour la démocratie, selon notre baromètre

Pour 24% des personnes sondées, Marine Le Pen ferait une bonne présidente de la République, au même niveau qu'en février 2017, deux mois avant l'élection présidentielle de 2017.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen lors d'une conférence de presse à Paris, en janvier 2021. (THOMAS SAMSON / AFP)

À moins d'un an de l'élection présidentielle de 2022, les Français n'ont plus peur du Rassemblement national (RN). En effet, pour la première fois depuis janvier 2013, moins de la moitié d'entre eux (49%) estiment que le parti d'extrême droite représente un danger pour la démocratie en France, selon le baromètre d'image du RN dévoilé par Kantar Public lundi 10 mai pour franceinfo et Le Monde. C'est deux points de moins que dans le précédent baromètre, réalisé en mars 2020.

Les idées du RN, elles, progressent légèrement dans l'opinion publique. Ainsi, 71% (+2) des Français interrogés pensent que les jihadistes français binationaux devraient être déchus de leur nationalité française, 66% (+1) sont pour le rétablissement du service militaire. En revanche, l'idée selon laquelle on ne défend pas assez les valeurs traditionnelles en France perd 3 points par rapport à février 2020, à 66%.

Autre indication, 55% (-1) des Français pensent que le Rassemblement national est en capacité d'accéder un jour au pouvoir. Pour 24% (-2) d'entre eux, Marine Le Pen ferait d'ailleurs une bonne présidente de la République, au même niveau qu'en février 2017, deux mois avant le premier tour de l'élection présidentielle de 2017.

* Enquête réalisée en face à face au domicile des personnes interrogées, du 29 avril au 4 mai 2021, sur un échantillon de 1 015 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rassemblement national

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.