Dans les villes FN, 73% des habitants "satisfaits" de leur maire, selon un sondage Ifop

Toutefois, 58% des personnes interrogées jugent leur maire "sectaire".

Le maire FN d\'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Steeve Briois, dans sa ville, le 22 février 2015.
Le maire FN d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Steeve Briois, dans sa ville, le 22 février 2015. (VINCENT JAROUSSEAU / CITIZENSIDE / AFP)

Les maires FN donneraient satisfaction. Un an après les élections municipales, 73% des habitants des communes administrées par le FN se disent "satisfaits" de leur maire, selon un sondage Ifop pour i-Télé, Sud Radio et Paris Match publié jeudi 12 mars. Toutefois, 58% des personnes interrogées jugent leur maire "sectaire".

"Autorité" et "dynamisme"

Cette cote de satisfaction est supérieure de 10 points à la moyenne des autres villes françaises de 10 000 à 100 000 habitants (le FN n'a pas de maire de commune de plus de 100 000 habitants), selon l'enquête. Mais la comparaison est à prendre avec précaution, les habitants des villes FN ayant été interrogés par téléphone et ceux des autres villes par internet.

Les qualités le plus souvent attribuées par les habitants à leur maire FN sont l'autorité (82%) et le dynamisme (81%). Le maire est également jugé "compétent" par 76% des sondés, et 60% souhaiteraient qu'il soit réélu à l'issue de son mandat en 2020 (57% dans les autres villes). Dans plusieurs domaines, l'action municipale est majoritairement saluée, notamment concernant la propreté et l'entretien de la ville (77%) ainsi que la sécurité (73%).

"Banalisation du FN"

Néanmoins, plus de la moitié des habitants des villes FN (58%) estiment que leur maire est "sectaire", contre 38% dans les autres communes. Quelque 34% se disent "choqués" par certaines mesures prises par la municipalité.

Cette étude "vient confirmer le phénomène d'installation et de banalisation du FN dans une part croissante de l'opinion", commente le directeur général adjoint de l'Ifop, Frédéric Dabi. Il en veut aussi pour preuve que 42% des sondés ont "un sentiment d'indifférence" au fait de vivre dans une commune dirigée par un maire frontiste (37% chez les sympathisants de gauche, 56% à l'UMP).

 

Sondage réalisé auprès de deux échantillons : l'un, interrogé par téléphone du 5 au 9 mars 2015 et constitué de 911 personnes, représentatif de la population des villes administrées par un maire issu ou soutenu par le Front national (Beaucaire, Béziers, Cogolin, Fréjus, Hayange, Hénin-Beaumont, Le Pontet, Mantes-la-Ville et Villers-Cotterêts) ; l'autre, interrogé en ligne du 6 au 10 mars, formé de 1 005 personnes et représentatif de la population des communes de 10 000 à 100 000 habitants. Méthode des quotas.