Cet article date de plus de trois ans.

"C'est une trahison" : Jean-Marie Le Pen s'oppose au changement de nom du FN

"Objectivement, c'est totalement absurde. Subjectivement, c'est une trahison de l'histoire du mouvement ", a déclaré l'ancien président du parti dans le "JDD".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Marie Le Pen, le 23 novembre 2017 au Luxembourg. (JOHN THYS / AFP)

Jean-Marie Le Pen continue de mettre son grain de sel dans la vie du Front national. L'ancien président du parti d'extrême droite s'oppose vivement au changement de nom du parti, voulu par sa fille. "Objectivement, c'est totalement absurde. Subjectivement, c'est une trahison de l'histoire du mouvement. (...) C'est inexplicable et suspect", a déclaré Jean-Marie Le Pen, dimanche 18 février, dans les colonnes du JDD.

Lors du congrès des 10 et 11 mars, à Lille, qui veut acter la "refondation" du parti, les militants se prononceront sur une réforme des statuts qui supprime le poste de président d'honneur, déjà validée fin janvier par la direction du FN. Les militants voteront sur un nouveau nom, "dans la foulée" du congrès qui doit s'exprimer sur les modalités de ce vote, a indiqué la présidente du parti, Marine Le Pen.

"Elle ne pourra rompre ses liens avec moi qu'en se suicidant !"

Son père confirme dans le JDD qu'il sera "à Lille" pour le congrès, précisant qu'il ne sait "pas encore quelle forme prendra (s)on intervention". Le FN a assuré qu'il lui en interdirait l'accès, au motif qu'il n'est plus adhérent. "Elle ne pourra rompre ses liens avec moi qu'en se suicidant ! C'est mon sang qui coule dans ses veines", affirme-t-il, interrogé sur la volonté de sa fille de rompre avec lui.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rassemblement national

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.