VIDEO. Mi-mandat de Hollande : à Bègles, les électeurs sont déçus

Le président de la République avait recueilli 72 % des voix en 2012 dans la ville de Gironde. Deux ans et demi après son élection, les Béglais sont désabusés.

France 2

"Il me tarde qu'il s'en aille". Les propos tenus au sujet de François Hollande par un riverain de Bègles, cette ville de Gironde où trois quarts des habitants ont voté pour le socialiste, s'entendent un peu partout dans la commune, comme le révèle une équipe de France 2.

Électrice de François Hollande, Danièle Léger-Moze se souvient du moment où elle a arrêté de faire confiance à François Hollande. "Dire que le chômage allait baisser, alors qu'il n'a fait qu'augmenter", explique cette bouchère de Bègles, précisant que "le reste peut être redressable, s'il tape du poing sur la table".

"On a hérité d'un fonctionnaire"

"Ce n'est pas lui qu'on attendait. On a hérité d'un fonctionnaire", affirme quant à lui Alain Petit, chef d'entreprise. Quant à sa collaboratrice, elle déclare que "le point de rupture" a eu lieu lorsqu'elle n'a plus "rien compris à la danse qui était jouée, un pas en avant, un pas en arrière, on fait des annonces…".

Mais certains habitants de Bègles nuancent leur jugement, notamment lorsqu'ils se mettent à comparer. "C'est moins pire que Sarko en tout cas", affirme par exemple Hugues Lombard.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président de la République, François Hollande, le 31 octobre 2014, à l\'Elysée.
Le président de la République, François Hollande, le 31 octobre 2014, à l'Elysée. (ALAIN JOCARD / AFP)