Cet article date de plus de neuf ans.

Face à Hollande sur TF1, Hassen Hammou, ancien candidat aux municipales

La chaîne TF1 a simplement présenté comme "jeune Marseillais demandeur d'emploi" cet ancien candidat sur une liste divers gauche, dans le 8e arrondissement de la ville.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
François Hollande aux côtés des quatre participants à l'émission "En direct avec les Français", dont Hassen Hammou (2e à gauche), le 6 novembre 2014. (AFP/MARTIN BUREAU / AFP)

Il était le troisième Français à interroger François Hollande, jeudi 6 novembre, sur TF1. Hassen Hammou, présenté comme un "jeune Marseillais demandeur d'emploi", a en fait une autre étiquette, oubliée par la chaîne de télé, mais repérée par les internautes. Lui-même s'est contenté de dire qu'il était "très investi" dans la vie locale, mais Hassen Hammou a été candidat sur une liste divers gauche, lors des dernières élections municipales, dans le 8e secteur de Marseille.

 -
Hassen Hammou, face à François Hollande sur TF1 - (TF1)

Sur Twitter, une vidéo intitulée "Hassen Hammou – candidat PRG municipales Marseille 15e et 16e arrondissements" a rapidement circulé, révélant l'identité du participant à l'émission. L'intéressé a rapidement démenti, interrogé, après l'émission, par BFMTV. "Je n'ai pas été candidat PRG aux municipales. Revoyez vos fiches, vous vous êtes trompés", a-t-il déclaré. En effet, les résultats du premier tour des élections municipales dans le 8e secteur de Marseille confirment bien la candidature d'Hassen Hammou, mais sur une liste divers gauche. Celui-ci a obtenu 0,88% des voix face à la socialiste Samia Ghali.

Sur LCI, Hassen Hammou a répété qu'il n'avait pas été candidat PRG mais qu'il était "un associatif engagé". "Je n'ai aucune carte politique, je ne représente aucun parti et Jean-Michel Baylet [président du PRG] ne m'a donné aucune investiture lors des dernières municipales à Marseille", a-t-il précisé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.