Présidentielle : François Fillon "tient le cap et fait preuve d'un caractère impressionnant de constance"

Valérie Boyer, députée LR des Bouches-du-Rhône, a réaffirmé, dimanche sur franceinfo, son soutien à François Fillon dans la campagne pour la présidentielle.

Valérie Boyer, députée Les Républicains des Bouches-du-Rhône, le 10 janvier 2017, à Paris.
Valérie Boyer, députée Les Républicains des Bouches-du-Rhône, le 10 janvier 2017, à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

François Fillon a confirmé, dimanche 5 mars sur France 2, qu'il restait candidat à l'élection présidentielle. Le candidat de la droite "tient le cap et fait preuve d'un caractère impressionnant de constance", a réagi la députée Les Républicains des Bouches-du-Rhône, Valérie Boyer, dimanche soir sur franceinfo. Pour l'élue, "s'il y avait eu une [autre] solution, elle aurait été trouvée au mois de février, elle n'a pas été trouvée". La députée était présente aux côtés de François Fillon, dimanche après-midi, lors de la manifestation de soutien au candidat sur la place du Trocadéro, à Paris.

franceinfo : François Fillon a dit qu'il n'était pas jusqu'au boutiste sur France 2. Cela n'y ressemble-t-il pas quand même ?

Valérie Boyer : Non, François Fillon est un homme raisonnable. Il écoute et entend. Depuis cinq semaines, il est exposé à beaucoup de violence, mais il tient le cap. Il fait preuve d'un caractère impressionnant de constance, de dignité. Il défend son programme. On s'aperçoit que son socle tient. Il a le soutien des Français et de très nombreux élus. Je veux rappeler le nombre de parrainages qu'il a reçu en 24 heures et les très nombreux élus qui étaient là dimanche à ses côtés. Il y en a plus qui sont avec lui que ceux qui l'ont quitté.

Le débat n'est pas entre François Fillon et les élus, mais entre François Fillon et les Français. La manifestation de soutien au Trocadéro a été claire, comme l'a été la primaire. Certes, il y a des difficultés dans cette campagne. On ne va pas les nier, mais aujourd'hui, le destin de François Fillon ne lui appartient pas. S'il y avait eu une solution, elle aurait été trouvée au mois de février. Elle n'a pas été trouvée. Nous sommes à 50 jours de l'élection présidentielle. François Fillon est notre candidat légitime. Ce serait vraiment un déni démocratique, un vol de notre élection que le candidat démocratiquement choisi se retire.

François Fillon a reconnu que c'est sa "faute" si sa campagne "rencontre de si formidables obstacles". La conclusion, c'est qu'il maintient sa candidature ?

Non. Il a dit qu'il regrettait de devoir défendre son honneur alors que l'on devrait parler de projet. François Fillon a dit qu'il se rendra aux convocations de la justice. C'est normal, il est républicain et respecte les institutions. Ce qui doit être juste, aujourd'hui, c'est que les Français aient un débat pour leur avenir. C'est ça la justice. [...] Vous savez, quand on résiste de cette façon après cinq semaines d'attaques de toutes parts, ça montre la solidité de l'homme, sa dignité, mais aussi la solidité de son projet.

François Fillon annonce, dimanche soir, des initiatives pour rassembler. Quelles seront ces initiatives ?

Vous le verrez lundi. Le rassemblement a été très fort. Il y a des gens qui étaient là et qui ne l'avaient pas forcément soutenu auparavant. Il y a, par exemple, Alain Joyandet, qui était sarkozyste, le maire de Neuilly, ou encore des gens qui avaient soutenu Bruno Le Maire comme Damien Abad. On était largement plus d'une centaine de parlementaires ! Aujourd'hui, François Fillon est le candidat qui rassemble le plus sa famille de la droite et du centre. C'est une certitude, tant pour les élus que les sympathisants. Preuve en est, avoir une manifestation en 72 heures, on nous promettait l'apocalypse, le président de la République et la maire de Paris nous avaient dit de ne pas faire cette manifestation. Cette manifestation n'avait qu'un seul but : qu'on ne nous vole pas notre vote.

"S'il y avait eu une [autre] solution, elle aurait été trouvée au mois de février, elle n'a pas été trouvée", Valérie Boyer
--'--
--'--