"Il n'y a pas beaucoup de preuves concrètes de ce que je faisais" : Penelope Fillon peine à convaincre aux côtés d'un époux combatif

Au troisième jour du procès, la discrète épouse de l'ancien Premier ministre, jugée devant le tribunal correctionnel de Paris, a laborieusement répondu aux salves de questions lors de l'audience.

L\'ancien Premier ministre François Fillon et son épouse Penelope le 27 février 2020 au tribunal de grande instance de Paris.
L'ancien Premier ministre François Fillon et son épouse Penelope le 27 février 2020 au tribunal de grande instance de Paris. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Elle s'avance à la barre, prend place devant le pupitre et commente son curriculum vitæ. Sa voix fluette, avec un soupçon d'accent britannique, s'échappe du micro. Par moment, on l'entend à peine. Il faudra l'intervention d'un avocat pour qu'enfin sa voix retentisse dans la salle d'audience. Penelope Fillon, épouse discrète, n'a pas l'habitude de s'exprimer en public, contrairement à son mari, ancien Premier ministre propulsé député de la Sarthe à 27 ans. Pourtant, cette Galloise, diplômée de lettres, qui se destinait au métier de notaire avant de venir en France, se retrouve sous le feu des questions, jeudi 27 février, lorsque commence l'examen du fond du dossier, au troisième jour de son procès pour des soupçons d'emplois fictifs.

Invitée par la présidente du tribunal à décrire son "travail type d'assistante parlementaire", Penelope Fillon répond : "Je faisais le travail de plusieurs sortes, d'abord le courrier. On recevait énormément de courrier à la maison."

- "Vous dites qu'il y avait du courrier qui arrivait à votre domicile. Mais François Fillon n'était pas connu comme il l'est aujourd'hui… Auparavant, comment les gens pouvaient-ils connaître votre adresse ?

- C'était assez facile de savoir.

- Vraiment, les gens connaissaient votre adresse précise ?

- Oui."

Mais sans argument étayé, Penelope Fillon, toute droite à la barre, vêtue de noir, chevelure argentée surmontée d'un serre-tête, peine à convaincre de son travail de collaboratrice parlementaire. Même lorsqu'elle énumère les thèmes des rapports pour lesquels elle était rémunérée dans les années 1980 : "aménagement du bocage sabolien", "organisation de secrétariat", "rôle des élus locaux", "situation économique de la Sarthe en 1988"... Aucun de ses rapports n'a été retrouvé, pas plus que ses "petites revues de presse locales". Mais les contrats de travail, eux, ont bien été saisis lors des perquisitions. "Les rapports, je les ai donnés à mon mari, il les a utilisés, je ne sais pas ce qu'il en a fait", affirme Penelope Fillon, qui ne se souvient pas du temps qu'elle a passé pour les réaliser. "C'est ancien", explique-t-elle.

"Vous allez toucher neuf fois le smic !"

Le rapport sur le secrétariat lui avait rapporté 30 000 francs (un peu plus de 4 500 euros). "Pour organiser le secrétariat de votre mari, vous allez toucher neuf fois le smic !", insiste Bruno Nataf, l'un des procureurs du Parquet national financier (PNF). Penelope Fillon ne répond rien, ne s'étant "pas occupée" du montant. Le tribunal ne l'épargne pas sur ce point. "Ça ne vous intéressait pas de savoir combien vous alliez gagner ?" "Non, je n'allais pas demander une augmentation à mon mari", rétorque Penelope Fillon. "Vous n'alliez pas l'assigner aux prud'hommes !", remarque la présidente du tribunal, provoquant des rires dans la salle. 

Avec le recul, je me dis que j'aurais dû regarder de plus près, c'est mon mari qui se préoccupait de ces détails.Penelope Fillonà l'audience

Penelope Fillon n'a jamais pris de congés payés, ni de congé maternité, bien qu'elle ait eu cinq enfants. Aurélien Létocart, l'un des deux magistrats du PNF, y voit un choix délibéré de la part du couple. "A chaque naissance, correspond un nouveau contrat. On a l'impression qu'à mesure que les besoins financiers de votre foyer augmentent, on trouve des ressources supplémentaires", observe-t-il. Penelope Fillon n'a pas grand-chose à répondre. "Je n'avais jamais eu cette vision des choses", lâche-t-elle simplement. Elle qui s'est toujours montrée discrète, voit les projecteurs braqués sur elle. "Nous ne nous réjouissons nullement de vous voir à la barre, nous mesurons la difficulté de l'exercice pour vous", compatissent les procureurs. 

"Penelope avait une plus-value"

Pendant ce temps, François Fillon prend quelques notes. Parfois, il lève le visage vers sa femme. Il soupire ou secoue la tête. "Je suis en empathie totale avec votre cliente, peut-être plus que vous", ose Bruno Nataf, le second procureur financier à l'intention de Pierre Cornut-Gentille, l'avocat de Penelope Fillon. "C'est honteux", murmure François Fillon en se tournant légèrement vers son avocat. L'ancien candidat à la présidentielle est invité à s'expliquer après une courte suspension d'audience. Le ton change. L'heure n'est plus à l'hésitation.

Face à sa femme qui fait pâle figure, le voilà qui assure le service après-vente. Sur le tri du courrier qui arrivait au domicile du couple Fillon, il assène : "Dans un milieu rural, tout le monde sait où vous habitez." Sur le montant de la rémunération versée à sa femme, il déroule des arguments bien préparés : "Sa rémunération a évolué en fonction de l'enveloppe attribuée" ; "elle est rémunérée en fonction des règles de l'Assemblée nationale" ; "mon épouse est la plus diplômée de tous les collaborateurs que vous avez cités" ; "Penelope avait une plus-value par rapport à sa connaissance de la Sarthe". Quid du congé maternité ? "C'est un choix qui nous regarde", répond François Fillon. "Depuis tout à l'heure, vous la poussez à me poursuivre aux prud'hommes", ironise-t-il.

"Vous êtes une travailleuse passive"

"Il n'y pas un seul discours prononcé dans ma carrière politique qui n'ait pas été relu par Penelope", affirme encore François Fillon. Pourtant, Aurélien Létocart lui fait remarquer que "devant les enquêteurs, sa femme n'évoque pas spontanément les discours"Quand son homologue Bruno Nataf l'interroge sur les courriers envoyés au domicile du couple, l'ancien député-maire de Sablé-sur-Sarthe répond qu'il en recevait "des dizaines et des dizaines", sans pouvoir donner de "chiffres précis". Le procureur financier pose la même question à Penelope Fillon, elle estime qu'ils recevaient "à peu près, 35 à 40 courriers" par semaine.

Voilà le couple réuni à la barre face au tribunal. Elle face au micro, lui à sa droite, un peu décalé. Une image rare du couple réuni, car les Fillon n'ont jamais goûté les apparitions en public. "J'ai toujours travaillé en retrait", a affirmé, en fin de journée, Penelope Fillon. En 2007, interrogée par le Sunday Telegraph sur le rôle qu'elle exerçait auprès de son mari, elle avait affirmé : "Je n'ai jamais été son assistante ou quoi que ce soit de ce genre-là." A la barre, elle est sommée de s'expliquer sur ces propos. Son explication reste évasive.

J'aime observer les gens. C'était ma façon de travailler, d'observer, d'être à l'écoute.Penelope Fillonà l'audience

"Vous êtes une travailleuse passive en fait. Drôle de concept", lui rétorque l'un des procureurs financiers. "C'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de preuves concrètes de ce que je faisais", finit par lâcher Penelope Fillon. La prévenue a jusqu'au 11 mars pour prouver au tribunal que son emploi de collaboratrice parlementaire était bien réel.