Cet article date de plus de huit ans.

Fillon critique l'"ardeur" de Copé sur le droit d'inventaire des années Sarkozy

L'ancien Premier ministre s'en prend au débat décidé par le président de l'UMP, Jean-François Copé, dans une interview à "Paris-Match".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Fillon lors d'un meeting à La Grande-Motte (Hérault), le 11 juillet 2013. (SYLVAIN THOMAS / AFP)

"Cette ardeur à vouloir tout à coup faire l'inventaire est un peu saugrenue." Dans un entretien à Paris-Match, publié mardi 27 août, François Fillon critique vivement le projet du président de l'UMP, Jean-François Copé, qui souhaite mener un débat "sérieux et objectif" sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy. "La façon dont tout cela est présenté en ce moment est un cadeau pour la gauche", poursuit l'ancien Premier ministre.

Refusant d'utiliser l'expression "droit d'inventaire" , le député de Paris évoque une "analyse critique" qu'il dit avoir déjà démarrée. "Jusqu'en 2016, nous devons constamment faire des allers-retours entre le projet et le bilan. C'est un travail permanent que j'ai entrepris avec les Français", ajoute l'ex-locataire de Matignon.

Mais ce bilan, il compte le faire sans contrainte. En effet, Jean-François Copé a posé des conditions à cette réflexion sur les années Sarkozy réclamée par de nombreuses personnalités de l'UMP : qu'elle soit organisée à l'UMP, et bouclée dès la mi-octobre. Et qu'elle concerne aussi bien l'action de Nicolas Sarkozy à l'Elysée que celle de François Fillon à Matignon pendant cinq ans, rappelle Le Monde. Des mesures rejetées par François Fillon : "Je n'accepte plus aucune autorité dans ce domaine", déclare-t-il à Paris-Match.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.