Fillon dans "Valeurs actuelles" : les dessous d'un plan com' hasardeux

L'hebdomadaire reconnaît avoir délibérément publié des propos tenus en "off" par l'ex-Premier ministre.

La une du magazine \"Valeurs actuelles\", le 9 octobre 2013.
La une du magazine "Valeurs actuelles", le 9 octobre 2013. (FRANCETV INFO)

François Fillon a-t-il vraiment dit dans Valeurs actuelles qu'il était "mieux placé" que Sarkozy pour gagner en 2017 ? Alors que ses proches ont mollement démenti ces propos – les qualifiant d'"inexacts" –, mardi 8 octobre, l'hebdomadaire de droite donne pour sa part une autre version.

"François Fillon a demandé depuis longtemps à Valeurs actuelles d'obtenir la couverture du journal, explique un journaliste du magazine, Geoffroy Lejeune, sur i-Télé. Il a demandé à deux reprises, en mai et en septembre, ensuite il a rencontré le directeur de la rédaction pour aller plus loin dans sa transgression envers Nicolas Sarkozy."

"On a décidé de ne pas respecter le off"

Problème : dimanche 6 octobre, François Fillon fait la couverture du Journal du Dimanche. En marge d'un déplacement à Epinal (Vosges), il se confie à l'hebdomadaire, et lâche ses coups en direction de Nicolas Sarkozy. La rédaction de Valeurs actuelles voit rouge. "On a découvert dans un autre journal, le JDD, qu’il avait décidé de faire un coup double. On a donc décidé de ne pas respecter le off", justifie Geoffroy Lejeune, le "off" désignant des propos tenus devant des journalistes mais destinés à rester privés.

Ce sont donc des propos qu'il a bel et bien tenus, assure-t-on à Valeurs actuelles, mais qu'il n'aurait "pas forcément" voulu voir publiés "en intégralité". Conclusion de Geoffroy Lejeune : "Il aurait aimé avoir la main sur ses propos, ce n’est pas le cas."

Franceinfo est partenaire de la consultation "Comment les médias peuvent-ils améliorer la société ?" avec Make.org, Reporters d’Espoirs et plusieurs autres médias. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.