Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Quand Emmanuel Macron fait la leçon

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
quand macron fait la leçon
FRANCEINFO
Article rédigé par
France Télévisions

Le président de la République a recadré un adolescent, lundi, en marge des commémorations de l'Appel du 18-Juin au mont Valérien (Hauts-de-Seine). Ce n'est pas la première fois que le chef de l'Etat joue au professeur. Franceinfo rembobine.

"Tu peux faire l'imbécile mais aujourd'hui, c'est La Marseillaise et Le Chant des partisans. Tu m'appelles monsieur le président de la République ou monsieur." Emmanuel Macron a recadré un adolescent, lundi 18 juin, en marge des commémorations de l'Appel du 18-Juin au mont Valérien (Hauts-de-Seine). Le chef de l'Etat a déjà fait la leçon à des interlocuteurs lors de déplacements, dans d'autres circonstances. Le 28 novembre, par exemple, il a répondu à des étudiants de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Mais le président a été débordé, peinant à se faire entendre et à organiser les questions. "S'il vous plaît ! Ecoutez-les !", leur a-t-il notamment lancé.

"Ne croyez pas ceux qui disent 'ce sont les règles du jeu"

Emmanuel Macron avait également été légèrement surpris par les interrogations d'enfants d'une école maternelle, le 27 mars. "Cravate ! Patate !", lui avaient lancé deux écoliers. "Cravate, pourquoi ? (....) Pour la mettre sur la tête ?", avait ajouté une petite fille. "Pour aller travailler, ah ben non", avait répondu le président.

Le chef de l'Etat lance aussi des conseils d'ordre plus général aux jeunes générations : "Ne croyez pas ceux qui disent 'ce sont les règles du jeu, vous devez suivre ces règles'. C'est des conneries !", a-t-il ainsi déclaré devant des étudiants, à Washington, le 25 avril. Face à des étudiants indiens, le 10 mars, il avait eu le même genre de réflexion, avec des petites formules comme "Soyez vous-mêmes", mais il avait également plaidé pour une compétition bienveillante dans la sphère professionnelle : "Vous devez avoir de l'appétit sans tomber dans l'agressivité (...) Quand vous ne jouez pas la carte du collectif, vous perdez."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.