Tensions entre la France et la Turquie : "On avait un peu oublié ce temps des invectives comme formule diplomatique", juge un enseignant-chercheur

"On voit mal des représailles sur le plan diplomatique", a tempéré sur franceinfo Bertrand Badie, après une nouvelle attaque verbale de Recep Tayyip Erdogan envers son homologue français. Selon lui, "ce qui peut changer, c'est sur le plan des opinions et des sociétés."

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Emmanuel Macron rencontre le président turc Recep Tayyip Erdogan pour une réunion bilatérale en marge du sommet du G20 à Osaka le 28 juin 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

L'ambassadeur de France en Turquie a été rappelé par Emmanuel Macron en raison des tensions avec Recep Tayyip Erdorgan. Le président turc a une fois de plus appelé le président français à "subir des examens (mentaux)", dimanche 25 octobre. "Ce n'est pas un point de non-retour. On est dans cette forme qui tend à se banaliser de relations internationales", a estimé sur franceinfo Bertrand Badie, professeur des universités à Science Po Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI).

>> Tensions France-Turquie : Erdogan appelle à nouveau Macron à faire examiner sa santé mentale. Suivez notre direct

franceinfo : le président turc a-t-il franchi une ligne rouge ?

Bertrand Badie : On avait un peu oublié ce temps des invectives comme formule diplomatiques. C'était assez fréquent dans les années 60 au temps de la décolonisation où un tiers monde était en plein ébullition, on entendait un Fidel Castro prendre à parti tel ou tel dirigeant, notamment occidentaux. Cela s'était calmé mais maintenant reviennent en force des sujets qui touchent de manière très sensible l'opinion publique. Elle a nouveau prise à témoin, c'est ce qui s'est passé entre la France et la Turquie. On est dans cette forme qui tend à se banaliser de relations internationales faites de diplomatie publique.

Les choses peuvent-elles dégénérer entre les deux pays ?

Ce n'est pas un point de non-retour, il ne peut pas en sortir quelque chose de grave. L'acte est symbolique et la réaction est symbolique puisque l'ambassadeur a été rappelé en consultation à Paris. On voit mal des représailles sur le plan diplomatique. Ce qui peut changer, c'est sur le plan des opinions et des sociétés. Il n'y a pas qu'en Turquie que les choses bougent en ce sens, on voit au Pakistan, au Qatar, au Koweït, des mouvements de boycott. En Turquie, il y a un régime qui se veut fort, une présidentialité qui est incarnée, qui est en difficulté avec son opinion publique donc il faut savoir montrer ses muscles pour revenir en grâce. Mais dans la plupart des autres pays musulmans il n'y a pas ce leadership aussi concentré. Erdogan en profite pour se présenter comme le leader de la cause nationale turque et comme le leader de la cause musulmane.

Peut-on parler d'une opposition entre deux religions ?

Il faut faire attention à ne pas simplifier. Si on continue sur cette pente on va complètement empoisonner un dialogue mondial qui est déjà particulièrement périlleux. On désigne souvent l'islamisme comme responsable de ce qui se produit parce que l'islamisme est un peu une traduction politique de l'islam, mais attention vous avez des régimes qui se réclament de l'islam, qui politisent l'islam et donc sont islamistes. Je crois qu'il faut comprendre que l'islam, la religion en général parce qu'il n'y a pas que l'islam, est un emblème idéal pour toute forme de mobilisation et hélas pour les mobilisations violentes. Donc, il faut prendre la religion pour ce qu'elle est, un emblème qui est manipulé par des entrepreneurs de violence, c'est le terme qui me paraît le plus adéquat. La religion touche plus que telle ou telle référence locale, linguistique ou tribale. Donc, nous sommes dans un temps de manipulation des symboles religieux parce que nous sommes aussi dans un temps de tectonique des sociétés. Les problèmes de sociétés vont être saisis par des entrepreneurs malveillants, de violence. La religion n'est que la victime d'une telle manipulation.

Les appels au boycott sur les produits français sont-ils inquiétants ?

Sur le plan économique, non. Je ne pense pas que cela puisse mettre en péril l'économie française qui a d'autres soucis que cela. Ce qui est important c'est de constater que l'opinion publique se saisit des questions internationales. On peut négocier avec un dictateur, mais c'est très difficile de négocier avec des sociétés, de régler des malentendus qui se répandent dans toute une population. Il faut faire passer beaucoup d'eau froide, il faut respecter l'autre, accepter l'autre, bâtir cette société mondiale qui pour l'instant n'existe qu'à travers de vagues échafaudages intergouvernementaux. Il faut comprendre l'autre et aller vers l'autre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.