Près de 8 Français sur 10 en faveur d'une loi visant à lutter contre les "fake news" en période électorale, selon un sondage

71% des Français interrogés pensent que ces fausses informations constituent actuellement un problème au sein de la société, selon un sondage Odoxa Dentsu Consulting pour franceinfo et "Le Figaro", publié jeudi soir.

79% des Français jugent qu\'\"il faut mieux responsabiliser l’information sur les réseaux sociaux et les plateformes internet\", selon un sondage publié le 11 janvier 2018.
79% des Français jugent qu'"il faut mieux responsabiliser l’information sur les réseaux sociaux et les plateformes internet", selon un sondage publié le 11 janvier 2018. (SASCHA STEINACH / DPA-ZENTRALBILD)

Les Français sont 79% à être favorables à l'initiative d'Emmanuel Macron pour lutter, par un texte de loi, contre les "fake news" en période de campagne électorale, selon un sondage* Odoxa Dentsu-Consulting pour franceinfo et Le Figaro, publié jeudi 11 janvier. Ces sondés jugent qu'"il faut mieux responsabiliser l’information sur les réseaux sociaux et les plateformes internet".

Cette loi contre les "fake news" est considérée majoritairement comme une "bonne initiative" quel que soit l'âge et quelle que soit la couleur politique. Les sympathisants du Front national sont cependant plus réservés : 36% d'entre eux qui estiment "que c'est une mauvaise initiative, car elle risque de porter atteinte à la liberté d'expression".

50% des personnes interrogées pensent que les \"fake news\" constituent actuellement un problème, selon un sondage Odoxa Dentsu Consulting pour franceinfo et \"Le Figaro\", publié le 11 janvier 2018.
50% des personnes interrogées pensent que les "fake news" constituent actuellement un problème, selon un sondage Odoxa Dentsu Consulting pour franceinfo et "Le Figaro", publié le 11 janvier 2018. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Cette volonté de légiférer sur les "fake news" est saluée par 71% des Français interrogés. Ils pensent que ces fausses informations constituent actuellement un problème au sein de la société. Près de 3 Français sur 10 reconnaissent avoir relayé une "fake news" à leurs proches ou sur les réseaux sociaux avant de se rendre compte de leur erreur. La proportion augmente même à 46% pour les personnes qui s'informent en priorité via des sources non-professionnelles, tels que les réseaux sociaux ou des blogs de particuliers.

La principale source d'information reste les médias traditionnels pour 78% des Français. Cepedant, la part des Français qui s'informent en priorité sur les réseaux sociaux ou des sites non-professionnels est en nette augmentation. Cette tendance se ressent notamment chez les jeunes où plus de la moitié des 18-24 ans se renseignent grâce à ces sites non-professionnels où les "fake news" sont le plus souvent véhiculées.

Enquête réalisée auprès d'un échantillon de Français interrogés par internet les 10 et 11 janvier 2018. Echantillon de 1 004 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquelles 119 sympathisants de gauche hors PS, 68 sympathisants du PS, 146 sympathisants LREM, 123 sympathisants de droite hors FN et 158 sympathisants du FN. La représentativité de l'échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession de l'interviewé après stratification par région et catégorie d'agglomération.