Macron annonce que 30 000 stages vont être proposés aux élèves de troisième des quartiers en difficulté par les entreprises et l'Etat

Le président de la République a dévoilé ses mesures pour les quartiers défavorisés.

Emmanuel Macron dévoile les mesures pour les quartiers prioritaires, à Paris le 22 mai.
Emmanuel Macron dévoile les mesures pour les quartiers prioritaires, à Paris le 22 mai. (FRANCEINFO)

Emmanuel Macron a annoncé, mardi 22 mai, que 30 000 stages de troisième vont être proposés, dans le cadre des mesures qu'il souhaite mettre en œuvre pour les quartiers défavorisés : 15 000 par l'Etat, 15 000 par les entreprises. "Dès la maternelle, l'inégalité s'est construite", a expliqué le chef de l'Etat, s'exprimant sur le volet éducation de ces mesures. "Il faut que tous les jeunes puissent trouver un stage", a précisé Emmanuel Macron, en annonçant qu'une "bourse des stages" serait mise en place d'ici septembre.

Evoquant une "mobilisation générale", le président de la République a appelé les grandes entreprises à "prendre leur part" pour l'emploi des quartiers, précisant que les 120 plus grandes entreprises françaises seront testées "à l'aveugle" pour éviter la discrimnation à l'embauche. 
"Je ne vais pas annoncer un plan ville, un plan banlieues", a déclaré en préambule le chef de l'Etat dans la salle des fêtes de l'Elysée, estimant que cette méthode de plans dédiés "a apporté des choses" mais que l'"on est au bout" de ce que cela a pu produire.

Borloo: "les 19 points du rapport y sont tous"

De son côté, l'ancien ministre Jean-Louis Borloo s'est dit très satisfait de ces annonces, estimant que "tous les sujets du rapport (dont il est l'auteur) ont été cochés". "Les 19 points du rapport y sont tous. J'ai retrouvé la cour d'équité territoriale, la fondation, le campus numérique, la cité éducative, la mobilisation de tout le monde. Je n'en vois pas un qui manque, sauf peut-être le programme 'à la rencontre de l'autre'", a-t-il assuré à l'AFP apès le discours du chef de l'Etat.