Cet article date de plus de deux ans.

"La Constitution n'a pas prévu un discours du Trône annuel" : un député LR explique pourquoi il n'est pas allé voir Macron au Congrès

Plusieurs parlementaires ont décidé de boycotter le discours donné lundi 9 juillet par Emmanuel Macron devant le Congrès à Versailles.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le député LR Olivier Marleix à l'Assemblée nationale, le 17 janvier 2017. (MAXPPP)

Certains bancs seront clairsemés. Plusieurs députés, surtout des Insoumis mais également quelques élus de droite, ont décidé de boycotter le discours donné lundi 9 juillet par Emmanuel Macron devant le Congrès à Versailles (Yveslines). L'un d'eux, le député LR d'Eure-et-Loir Olivier Marleix, explique à franceinfo pourquoi il a décidé de ne pas s'y rendre.

>> DIRECT. Emmanuel Macron s'exprime devant le Congrès à Versailles : regardez l'allocution du président de la République

Franceinfo : Pourquoi avez-vous décidé de "sécher" le Congrès réuni à Versailles ce lundi ?

Olivier Marleix : J'ai décidé de ne pas y aller car il y a quelque-chose de très paradoxal de la part du président Macron. Il veut avoir tous les parlementaires assis en rang d'oignons devant lui, alors que cette semaine nous commençons à l'Assemblée nationale une réforme qui va se traduire par une réduction du nombre de parlementaires.

Donc si je comprends bien, on a moins besoin de parlementaires dans ce pays, sauf pour écouter Emmanuel Macron.

C'est un peu Louis XVI qui convoquerait les députés pour leur dire 'Je vais vous couper la tête'.  C'est totalement incongru.

Olivier Marleix, député LR

à franceinfo

Vous aviez assisté au Congrès convoqué par Emmanuel Macron l'an dernier...

J'étais à celui de l'année dernière, qui était d'ailleurs un peu fastidieux. En début de quinquennat, qu'un président nouvellement élu veuille exprimer sa vision, cela me paraît normal.

Mais je ne suis pas certain que cette nouvelle convocation du Congrès soit conforme à l'esprit de la Constitution. C'est Nicolas Sarkozy qui, en 2008, a réformé le droit de message. J'ai retrouvé l'exposé des motifs, qui dit que "cette procédure nouvelle aura vocation à n'être mise en œuvre que dans des moments particulièrement solennels de la vie de la nation". C'est d'ailleurs l'usage qu'en ont fait Nicolas Sarkozy lorsqu'il est venu parler de la crise mondiale en 2009, et François Hollande après les attentats de 2015. Ce n'est pas l'usage qu'en fait aujourd'hui Emmanuel Macron. La Constitution n'a pas prévu un discours du Trône annuel.

Vos arguments ressemblent à ceux que les élus de la France insoumise avancent pour justifier le boycott du Congrès. Vous vous rejoignez sur ce point ?

On l'exprime différemment, mais ce que tout le monde ressent sur les bancs de l'Assemblée, c'est le décalage entre ce que semble vivre Emmanuel Macron et ce que vivent les Français pendant ce temps.

Olivier Marleix, député LR

à franceinfo

On a un président qui va s'offrir un moment d'autosatisfaction, qui se fait filmer à l'Elysée pour parler du "pognon de dingue", et qui dépense 500 000 euros de vaisselle. Il n'a pas l'air de comprendre que la moitié des Français vit avec moins de 1 600 euros par mois, et parfois beaucoup moins. 

Que pensent vos collègues LR de votre démarche ?

Il n'y a pas vraiment eu de débat en interne sur le sujet. Nous sommes un parti d'essence libérale donc chacun est libre de faire ce qu'il souhaite. Il y a par ailleurs eu un consensus très large pour ne pas aller au déjeuner donné par le chef de l'Etat.

Qu'avez-vous prévu de faire pendant le discours du président ?

Je reviens dans ma circonscription. J'étais ce matin, à Anet, la ville dont j'ai été maire, et j'ai des rendez-vous cet après-midi à Dreux, au service de mes concitoyens. Je n'ai pas prévu de regarder le discours d'Emmanuel Macron à la télévision. Je le lirai, ça va plus vite que lorsqu'il est prononcé !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.