DIRECT. Discours d'Emmanuel Macron : le communiste Pierre Laurent s'inquiète d'un "exercice autoritaire"

Face aux parlementaires, lundi après-midi, le chef de l'Etat a évoqué "les grandes lignes" des chantiers pour les douze prochains mois.

Pierre Laurent s\'exprime à la tribune du Congrès de Versailles (Yvelines), le 9 juillet 2018.
Pierre Laurent s'exprime à la tribune du Congrès de Versailles (Yvelines), le 9 juillet 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Emmanuel Macron a retrouvé, lundi 9 juillet, les ors de Versailles (Yvelines). Devant les parlementaires réunis en Congrès, le chef de l'Etat s'est exprimé pour rappeler le cap de sa politique. Il a notamment confirmé que le plan pauvreté, reporté la semaine dernière par le gouvernement, serait présenté "en septembre" et mis en œuvre "en 2019"

Amendement de la Constitution. Au début de son allocution, Emmanuel Macron a annoncé vouloir amender la Constitution afin de pouvoir "écouter et répondre" aux parlementaires lors des débats qui se tiennent après le discours présidentiel.

La France insoumise absente. Tous les députés de la France insoumise avaient décidé, eux, de boycotter la "fausse solennité" de cette allocution sans débat et appellé à une "manifestation en ligne" à coup de mots-dièse #MacronMonarc sur les réseaux sociaux.

Un rendez-vous critiqué. Plusieurs députés des Républicains avaient également refusé d'y assister, à l'instar de l'élue du Doubs, Annie Genevard, selon qui cet exercice "dénature l'esprit de la Ve République" et "contribue à accessoiriser le rôle du Premier ministre".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MACRON

20h13 : Révision constitutionnelle, plan pauvreté, islam, retraites... Ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron devant le Congrès, en vidéo.

19h18 : La réunion des deux chambres du Parlement est terminée ! Après le discours d'une heure trente du président de la République, les parlementaires se sont succédé à la tribune, sans vote. Le Congrès aura duré quatre heures au total.

19h05 : "La com' n'y fait rien, c'est bien un exercice monarchique et autoritaire du pouvoir qu'on veut nous imposer."

Les parlementaires continuent de se succéder à la tribune devant le Congrès, après l'interventon d'Emmanuel Macron. C'est désormais au tour de Pierre Laurent, sénateur et secrétaire national du parti communiste.

16h42 : Voici quelques images de l'allocution d'Emmanuel Macron lors de la réunion du Congrès à Versailles, cet après-midi.







(CHARLES PLATIAU / POOL / AFP)

16h37 : L'allocution du président de la République devant les parlementaires, réunis en Congrès à Versailles (Yvelines), est terminée. Vous pouvez continuer de suivre notre édition spéciale sur cette deuxième réunion du Congrès ici.

16h33 : Sur Twitter, plusieurs internautes remarquent que certains membres du gouvernement s’assoupissent pendant l'allocution du président de la République, à Versailles.


16h30 : "Je crois dans la possibilité de défendre une Europe forte et souveraine."

16h28 : "La frontière véritable qui traverse l'Europe est celle aujourd'hui qui sépare les progressistes des nationalistes."

16h22 : Sur la question de la politique migratoire, Emmanuel Macron appelle à un "renforcement de nos frontières communes en Europe", et à une "politique de responsabilité et de solidarité au sein de l'Europe". "Toute politique nationaliste ne réglera en rien" cette question, affirme le chef de l'Etat.

16h19 : "La République n'a aucune raison d'être en difficulté avec l'islam. (...) Mais il y a une lecture radicale, agressive de l'islam, dont les principes n'obéissent pas à des mots d'ordre religieux", déclare Emmanuel Macron face aux députés et sénateurs.

16h18 : Le président de la République annonce "dès l'automne" la mise en place d'un "cadre et des règles garantissant" que l'islam "s'exercera partout de manière conforme aux lois de la République".

16h13 : "La mobilisation en matière de droits et d'égalité salariale se poursuivra dans les mois et les années qui viennent. (...) Nous avons précédé un mouvement mondial. La France était prête et confiante."

Le chef de l'Etat poursuit son allocution à Versailles (Yvelines) en évoquant la question de l'égalité entre les femmes et les hommes.

16h06 : L'évocation de la réforme des retraites et de la situation des retraités d'aujourd'hui a fait réagir les parlementaires, tout à l'heure, valant quelques huées à Emmanuel Macron. Il venait de promettre que "rien ne changera pour les retraités d'aujourd'hui, rien".




(FRANCEINFO)

16h04 : Le président de la République défend "une politique d'investissement et d'accompagnement social". "Non pas de nouvelles aides, mais un accompagnement réel vers l'activité, le travail, l'effectivité des droits fondamentaux : la santé, le logement et l'éducation", prône le chef de l'Etat.

16h02 : "La stratégie de lutte contre la pauvreté sera présentée en septembre et mise en uvre en 2019", déclare Emmanuel Macron à Versailles.

15h58 : "La solidarité nationale se traduit (...) dans l'aide que nous devons de manière inconditionnelle aux plus fragiles." "Nous investirons pour sortir les enfants de la pauvreté", promet Emmanuel Macron face aux parlementaires.

15h55 : Emmanuel Macron prône "un système unique" pour les retraites, "qui viendra remplacer la quarantaine de régimes existants". "Rien ne changera pour les retraités d'aujourd'hui", lance le chef de l'Etat, entraînant de vives réactions parmi les parlementaires.

15h52 : "Dès 2019, nous refonderons notre régime de retraite", annonce Emmanuel Macron devant les députés et sénateurs à Versailles.

15h50 : "Nous devons aussi lucidement regarder en face nos échecs, nos insuffisances et ce qu'il faut améliorer." "Nous devons construire l'Etat-providence du 21e siècle. L'Etat-providence universel, efficace et responsabilisant."

Le président de la République s'exprime à présent au sujet du système français de protection sociale, et évoque ses pistes pour le réformer.

15h48 : Le chef de l'Etat annonce qu'il recevra "les 100 premières entreprises françaises", afin de "solliciter leurs engagements dans les défis qui nous attendent". Emmanuel Macron évoque "des engagements de créations d'emplois, d'embauches d'apprentis visibles", et ce pour aider à relancer l'économie.

15h44 : Voici quelques images de l'arrivée d'Emmanuel Macron à Versailles (Yvelines), quelques minutes avant de prendre la parole face aux parlementaires réunis en Congrès.





(CHARLES PLATIAU / POOL / AFP)




(Thibault Camus / POOL / AFP)

15h43 : Il veut être présent lors des débats parlementaires du Congrès, dès 2019. Emmanuel Macron a annoncé que le gouvernement allait déposer un amendement au projet de loi constitutionnelle qui ira en ce sens. Regardez la séquence.




(franceinfo)

15h36 : "La politique sociale à laquelle je crois est une politique d'émancipation de chacun."

15h35 : "Il y a une voie française vers l'inégalité. Elle progresse depuis plus de trente ans. Ce qui s'est installé avant tout en France, ce sont les inégalités de destin. (...) Ces inégalités de destin, durant les 30 dernières années, ont progressé dans notre pays, qu'on veuille le voir ou non."

15h33 : Emmanuel Macron annonce, face aux parlementaires, la présentation prochaine d'une "stratégie ambitieuse pour réduire la pollution de l'air". "Ce sont là non seulement des engagements mais également des opportunités économiques", défend-il.

15h31 : Le Premier ministre, Edouard Philippe, présentera "dans les prochaines semaines" un plan de "baisse de nos dépenses publiques", annonce Emmanuel Macron.

15h38 : Sur Twitter, la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, publie une photo de plusieurs ministres et secrétaires d'Etat présents au Congrès de Versailles. Le cliché a été pris quelques minutes avant l'allocution d'Emmanuel Macron.

15h27 : Face aux députés et sénateurs réunis en Congrès à Versailles, le chef de l'Etat, Emmanuel Macron annonce que "d'ici la fin de l'année, le Premier ministre présentera l'ensemble de ses décisions pour la transformation indispensable de l'action publique."

15h25 : "La création de richesse, la prospérité d'une Nation sont le socle de tout projet de justice et d'équité [...] Il est mensonger de défendre les salariés si on ne défend pas les entreprises. [...] C'est pour quoi ceux qui risquent, qui osent, qui entreprennent doivent nous trouver à leurs côtés."

15h23 : "La clé d'une économie forte, c'est l'investissement. [....] Une politique pour les entreprises, ce n'est pas une politique pour les riches, c'est une politique pour toute la Nation."

Le président de la République défend maintenant sa politique économique, et les réformes menées ces douze derniers mois en matière de fiscalité.

15h19 : "J'entends que l'engagement que j'avais pris devant les Français peut contrarier certains [...] C'est pourquoi j'ai demandé au gouvernement de déposer, dès cette semaine, un amendement au projet de loi constitutionnel, qui permettra que lors du prochain Congrès, je puisse rester non seulement pour vous écouter, mais aussi pour vous répondre."

15h15 : "Vous avez démontré qu'il n'existe pas de fatalité de l'enlisement et de l'échec lorsque prévaut une volonté politique sans faille."

S'adressant aux parlementaires réunis en Congrès à Versailles, le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, énumère les grandes réformes votées lors de la première année de son quinquennat, dont celle de la SNCF.

15h15 : "Je suis devant vous dans ce rendez-vous que j'ai voulu annuel, humble mais résolu [...] Je vous le confirme : je sais que je ne peux pas tout, que je ne réussis pas tout. Mais mon devoir est de ne jamais m'y résoudre."

15h05 : Le président de la République, Emmanuel Macron, commence son allocution devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles. Suivez son allocution dans notre direct.

14h58 : Le président de la République, Emmanuel Macron, va bientôt s'exprimer devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles (Yvelines). Vous pouvez suivre notre édition spéciale et son allocution en direct ici.

13h26 : Bonjour @anonyme et @Question, une trentaine de parlementaires ont prévu de boycotter le Congrès de Versailles cet après-midi. L'an dernier, 55 d'entre eux avaient déjà refusé d'assister au premier discours d'Emmanuel Macron face au Congrès, rappelle Le Monde. Seront-ils sanctionnés cette année ? C'est en tout cas ce que souhaite Frédéric Lefebvre, le porte-parole du parti de droite Agir. Il propose de les sanctionner financièrement, note le HuffPost.

13h26 : Un député a-t-il le droit de boycotter le discours du président ? Si moi je boycottais une réunion de travail, j'aurais des problèmes avec mon employeur !

13h26 : Bonjour, les parlementaires qui boycottent le discours risquent-ils une sanction ? Ont-ils le droit de refuser de s'y rendre ?

12h41 : Qui seront les parlementaires présents pour le Congrès de Versailles cet après-midi ? Qui sont ceux, au contraire, qui le boycotteront ? Nous faisons le point sur les absents et les présents dans cet article.

Les députés et sénateurs réunis en Congrès à Versailles, le 3 juillet 2017. 


(ERIC FEFERBERG / AFP)

08h29 : Combien coute aux contribuables le discours de Macron de cet apres midi ?