Finistère : un maire décline l'invitation d'Emmanuel Macron à l'Élysée

Près de Brest, dans le Finistère, Yohann Nédélec a décidé de décliner l'invitation d'Emmanuel Macron à l'Élysée. Il invoque un ras-le-bol général et une promesse non tenue par le président.

FRANCEINFO

Yohann Nédélec est le maire socialiste du Relecq-Kerhuon, près de Brest, dans le Finistère. Il fait partie des 2 000 maires invités pas Emmanuel Macron à l'Élysée, à Paris. Mais l'élu a tout simplement décliné l'invitation, invoquant une promesse de campagne non tenue par le président de la République : venir chaque année au congrès des maires. En effet, le chef de l'État a annoncé qu'il ne viendrait finalement pas en 2018.

Un ras-le-bol général

Les relations entre Emmanuel Macron et les maires de France sont tendues. En cause : la suppression de la taxe d'habitation qui représentait une grande part des ressources des communes. Yohann Nédélec reproche au président de la République de ne jamais avoir été élu "avec la réalité du terrain". Pour cet élu, "le citoyen, il vient voir le maire, il ne va pas voir le député, le sénateur ou le président de la République". Avant de poursuivre : "L'échelon de proximité, c'est nous : 75% de l'investissement public, ce sont les collectivités qui les font. L'emploi, c'est nous qui le faisons progresser aussi". C'est un ras-le-bol général que dénonce Yohann Nédélec.

Yohann Nédélec, le maire du Relecq-Kerhuon (Finistère).
Yohann Nédélec, le maire du Relecq-Kerhuon (Finistère). (FRANCEINFO)