Coronavirus : l'État centralisé à l'épreuve de l'épidémie

Jean-Philippe Feldman, avocat, maître de conférence à Sciences Po, et Alice Coffin, journaliste, militante, élue écologiste, étaient les invités du 23 heures, jeudi 1er octobre, pour aborder la question de la centralisation de l'État, mis à l'épreuve face au coronavirus.

La grogne des élus locaux dans la gestion de l'épidémie, les directives venues de Paris, la reconduction de longs mandats... autant de griefs qui, selon certains, participent au blocage du pays. Dans son ouvrage Exception française : histoire d'une société bloquée de l'Ancien Régime à Macron, Jean-Philippe Feldman "montre que la France a toujours été centralisée. Ce n'est pas nouveau, ça vient de l'Ancien Régime, mais surtout ça a été développé sous la révolution française", explique-t-il en plateau. Avant d'ajouter : "Actuellement, on a un Etat unitaire, qui est prétendument décentralisé, mais qui en réalité a été décentralisé de manière centralisé".

Trop de verrouillages dans la société française ?

Alice Coffin dénonce quant à elle l'immobilisme de l'État, notamment face aux violences faites aux femmes. Dans son livre Le génie lesbien, elle parle notamment du "verrouillage" présent dans la société française. "Un verrouillage de nombreux pouvoirs", et notamment médiatique insiste-t-elle en plateau, avec un accès à la parole dans les médias restreint. L'élue parisienne évoque également le manque de renouvellement de la classe politique, avec des présidents qui n'ont été que des hommes jusqu'à présent.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président de la République, Emmanuel Macron, à l\'Elysée le 21 septembre 2020.
Le président de la République, Emmanuel Macron, à l'Elysée le 21 septembre 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)