Conseil national de la refondation : Olivier Véran a "du mal à comprendre" le refus de Gérard Larcher d'y participer

Publié
Article rédigé par
Radio France

Cette instance rassemblera des professionnels et des citoyens pour étudier différents dossiers, notamment l'école et la santé. Il sera lancé le 8 septembre. 

"J'ai du mal à comprendre que l'on puisse refuser la main tendue pour venir dialoguer et discuter", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, mardi 30 août sur franceinfo, après le refus de Gérard Larcher de participer au Conseil national de la refondation (CNR), comme l'a révélé franceinfo. "Je pense que cette instance ne peut parvenir à une rénovation de la démocratie à laquelle vous aspirez", a affirmé le président du Sénat dans une lettre adressée à Emmanuel Macron. Le CNR, voulu par le chef de l'Etat, doit être lancé le 8 septembre prochain.

>> Quatre questions sur le "Conseil national de la refondation" qu'Emmanuel Macron veut lancer après les élections législatives

"Il ne s'agit pas de lui demander de voter quelque chose, on lui demande de venir écouter avec nous ce que des experts ont à nous dire, et de dire les voies et moyens qu'il est prêt à mettre en œuvre pour pouvoir nous tirer collectivement vers le haut", a ajouté Olivier Véran. Selon lui, l'exécutif "continue de tendre la main".

Le CNR sera lancé au Centre national du rugby, à Marcoussis, a-t-il aussi précisé. Selon lui, "c'est un lieu emblématique, le haut-lieu du rugby, qui montre l'esprit collectif, l'esprit d'ouverture et les valeurs qui sont celles du rugby". "Vous aurez autour de la table toutes les personnes de bonne volonté qui n'ont pas peur de venir partager avec les Français un diagnostic sur la situation de notre pays", a-t-il affirmé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.