Cet article date de plus de cinq ans.

Ristournes accordées au candidat Macron : "Je n'ai pas failli", se défend le président de la Commission des comptes de campagne

Le président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) était l'invité de franceinfo. 

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Francois Logerot, le président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques ( CNCCFP), à Paris, le 15 octobre 2013. (MAXPPP)

François Logerot n'a "pas failli"Le président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) était l'invité de franceinfo et s'est défendu après les ratés constatés sur les comptes du candidat Emmanuel Macron. "Je ne connais pas d'organisation absolument infaillible qui remplisse sa mission dans 100% des cas. Les comptes de campagne représentent des milliers de documents à analyser, et nous sommes tenus par des délais", a-t-il ajouté, sur franceinfo, vendredi 8 juin. "Nos rapporteurs n'avaient pas signalé" certains des "problèmes" car "les factures ne faisaient pas apparaître de remises", a expliqué également François Logerot.

>>>VIDEO. "Non je ne reconnais pas que la commission a failli" : le président de la Commission nationale des comptes de campagne se défend

La cellule investigation de Radio France révèle que la commission des comptes de campagne n'a pas respecté, dans le cas de la campagne d'Emmanuel Macron, son règlement interne sur les éventuelles ristournes accordées aux candidats. Un document interne que s'est procuré le service investigation stipule que "la commission admet en principe des rabais dans une limite maximale comprise entre 15 et 20%. Au-delà il faut engager une procédure de rejet du compte pour don de personne morale", ce qui équivaut à une aide illégale d'une entreprise à un candidat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.