Cet article date de plus de trois ans.

Les comptes de campagne d'Emmanuel Macron ne présentent pas "d'irrégularités", martèle la Commission de contrôle, après de nouvelles révélations

Après Mediapart et "Le Monde", la cellule investigation de franceinfo a à son tour dévoilé qu'Emmanuel Macron avait bénéficié de rabais conséquents de la part de certains prestaraires durant sa campagne présidentielle.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Macron, le 25 mars 2017. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Elle maintient sa position. Les comptes de campagne d'Emmanuel Macron ne comportent pas d'"irrégularités" aux yeux de la Commission de contrôle (CNCCFP), a affirmé son président, François Logerot, jeudi 7 juin, après de nouvelles révélations sur les ristournes dont a bénéficié le candidat d'En marche ! dans sa course à l'Elysée. Après Mediapart et Le Monde, la cellule investigation de franceinfo a à son tour dévoilé des rabais conséquents accordés par certains prestataires de la campagne.

Personne n'est infaillible, mais nos rapporteurs ont fait un travail sérieux.

François Logerot, président de la CNCCFP

lors d'une conférence de presse

Interrogé sur des "remises" dont le candidat Macron aurait bénéficié de la part de prestataires de services, François Logerot a évoqué l'absence de "prix du marché" dans le secteur de l'événementiel. La cellule investigation de franceinfo a ainsi dévoilé que la location "brute" de La Bellevilloise, salle du nord-est parisien, avait été facturée 200 euros hors taxes à Emmanuel Macron, contre 2 580 euros pour une soirée similaire organisé par Benoît Hamon, le candidat socialiste.

>> INFO FRANCEINFO. Prix cassés, ristournes cachées : les petits arrangements de la campagne d’Emmanuel Macron

Mais selon le président de la Commission, les éléments de comparaison des tarifs appliqués pour des locations de salles et autres prestations publiés par plusieurs médias, dont franceinfo, "ne sont pas suffisament probants". "Très souvent les comparaisons portent sur des prestations de natures différentes, à des dates différentes, juge-t-il. Il n'y a pas de comparaison possible." La CNCCFP avait déjà expliqué à franceinfo que le délai légal dont elle disposait pour statuer sur les comptes était "écoulé" et qu’elle n’avait "plus compétence pour rouvrir a posteriori le dossier." 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Comptes de campagne d'Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.