Arnaud Jolens, un metteur en scène "cher" à Emmanuel Macron

Il était l’un des hommes les mieux payés de la campagne. Le scénographe Arnaud Jolens a su se rendre indispensable à Emmanuel Macron au point de le suivre jusqu’à l’Elysée.

Emmanuel Macron lors d\'un meeting au Parc des Expositions à Paris, le 23 avril 2017.
Emmanuel Macron lors d'un meeting au Parc des Expositions à Paris, le 23 avril 2017. (ERIC FEFERBERG / AFP)

C’est en 2016 qu’Arnaud Jolens croise la route d’Emmanuel Macron. "Il est entré en 'macronie' comme on entre en religion, nous confie l’un de ses proches. Il était totalement fasciné par le personnage !" A l’époque, Arnaud Jolens occupe le poste de directeur commercial d’Eurydice, une entreprise d’événementiel installée à Garges-lès-Gonesse dans le Val-d’Oise.

>>>À lire aussi. Prix cassés, ristournes cachées : les petits arrangements de la campagne d'Emmanuel Macron

Eurydice est un prestataire de la première heure pour Emmanuel Macron. La société assure des prestations techniques pour le grand meeting de la Mutualité à l’été 2016. Elle s’occupe de la décoration et de la scénographie lors la déclaration de candidature le 16 novembre 2016. Eurydice fournit aussi à Emmanuel Macron une équipe de maquilleurs. Arnaud Jolens est chargé des devis et du suivi. Le courant passe bien avec l’équipe d’En Marche. À tel point que le prestataire va proposer de rejoindre le staff de campagne. Mais pas forcément comme bénévole.

Le scénographe Arnaud Jolens.
Le scénographe Arnaud Jolens. (Stephan Correa)

Le 22 novembre 2016, il envoie une offre de services au trésorier du mouvement (c’est ce que révèle la consultation des "Macronleaks", cette immense fuite de données entre les deux tours de la présidentielle). Il y mentionne avoir perçu "102KE [102 000 euros] en 2015" et bénéficier chez Eurydice d’avantages en nature comme la mise à disposition "d’une voiture de direction BMW série 3 Luxury". Arnaud Jolens évoque la possibilité de passer un contrat "de 7 à 8 mois" avec En Marche. "Une fois les choses décidées", écrit Arnaud Jolens, il ne faudra que "quelques jours" pour monter une société. Le directeur commercial d’Eurydice fixe un tarif de base : 6 000 euros HT d’honoraires par mois (7 200 euros TTC) pour un travail à temps partiel ("présence au siège du mouvement 3 jours sur 5 ou plutôt 60 % du temps").

Bénévole et prestataire à la fois

Finalement, Arnaud Jolens ne déposera les statuts de son entreprise, Yamm, que bien plus tard, le 8 février 2017. Entre-temps, il s’investira de manière bénévole auprès d’Emmanuel Macron. Chargé de l’événementiel au sein de l’équipe de campagne il dispose d’une adresse mail spécifique ("event@en-marche.fr"). Parallèlement, il poursuit ses activités de directeur commercial d’Eurydice, devenu l’un des principaux prestataires d’En Marche.

Cette double casquette (donneur d’ordre et prestataire) pose question. Le 20 décembre 2016, par exemple, ce n’est pas son adresse mail professionnelle d’Eurydice mais celle d’En Marche qu’Arnaud Jolens utilise pour adresser au trésorier adjoint de la campagne, Raphaël Coulhon, les factures… d’Eurydice. Cinq factures pour un montant total de 239 126 euros.

Reconstitution du mail envoyé par Arnaud Jolens à Raphaël Coulhon, le 20 décembre 2016.
Reconstitution du mail envoyé par Arnaud Jolens à Raphaël Coulhon, le 20 décembre 2016. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

À partir de février 2017, Arnaud Jolens clarifie sa position. Il démissionne d’Eurydice et c’est désormais sa société, Yamm, qui assure la scénographie des meetings d’Emmanuel Macron. Son travail a beaucoup d’importance pour le candidat, futur président, qui soigne son image et ses mises en scène. Yamm adressera au total sept factures à l’équipe d’En Marche, pour un montant de 292 359,30 euros.

Ce sont surtout les factures d’honoraires qui ont attiré notre attention. Car la jeune entreprise a perçu du candidat Macron 12,5 fois la somme de 6 000 euros en honoraires entre mars et mai 2017. Même si le contrat passé entre Yamm et En Marche spécifiait que les honoraires pouvaient varier en fonction de la charge de travail, on est bien au-dessus des 6 000 euros mensuels qui devaient être versés par le candidat !

Extraits de deux factures adressées par la société Yamm à En marche, l\'une de 6 000 euros, l\'autre de 18 000 euros.
Extraits de deux factures adressées par la société Yamm à En marche, l'une de 6 000 euros, l'autre de 18 000 euros. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Extraits de deux factures adressées par la société Yamm à En marche, l\'une de 6 000 euros, l\'autre de 18 000 euros.
Extraits de deux factures adressées par la société Yamm à En marche, l'une de 6 000 euros, l'autre de 18 000 euros. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Nous avons demandé à l’Elysée et La République en marche à quoi correspondaient ces 75 000 euros versés pour une période de moins de trois mois. Nous n’avons pas obtenu de réponse. Arnaud Jolens n’a pas donné suite, non plus, à notre demande d’interview. De con côté, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) nous explique avoir réclamé à Yamm de "détailler et justifier les prestations et de fournir les contrats correspondants". Et comme le contrat d’Arnaud Jolens stipulait que la somme de 6 000 euros "pouvait être fractionnée ou augmentée en fonction des besoins", la commission n’a rien trouvé à y redire.

Extrait du contrat passé entre la société Yamm d\'Arnaud Jolens, et En marche.
Extrait du contrat passé entre la société Yamm d'Arnaud Jolens, et En marche. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le Louvre, c'est lui

Parmi les 75 000 euros d’honoraires évoqués, le scénographe a touché 6 000 euros – correspondant à 12 journées de travail selon les termes du contrat que nous avons consulté – pour la période de mai. La campagne présidentielle a pris fin le 6 mai 2017 à minuit. Quelques heures plus tard, Emmanuel Macon pénétrait solennellement comme président de la République dans la cour du Louvre pour retrouver ses partisans massés devant la pyramide. L'image a fait le tour de monde. Elle est signée Arnaud Jolens.