Vidéo d'Alexandre Benalla : qui était au courant ?

Alors qu'Alexandre Benalla a été placé en garde à vue ce vendredi 20 juillet au matin, France 2 revient sur les faits et plus exactement, sur les personnes qui en ont, les premières, été informées. 

France 2

Le 1er mai dernier, Alexandre Benalla, est en observation avec les policiers, au coeur de la manifestation. C'est Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, qui a donné son accord quelques jours plus tôt. En marge du cortège, place de la Contrescarpe, des heurts éclatent. C'est là que la vidéo a été filmée. On y voit Alexandre Benalla saisir brutalement une jeune femme, puis de brutaliser un homme, avant de le jeter au sol. À ses côtés, Vincent Crase, lunettes sur la tête. Ce gendarme réserviste effectue des missions de sécurité ponctuelles pour l'Élysée. 

Suspendu du 4 au 19 mai

À ce moment-là, l'auteur de la vidéo croit filmer une violence policière. Ces images se répandent très vite sur les réseaux sociaux. Dès le lendemain, le directeur de cabinet du chef de l'État voit la vidéo. Il reconnaît Alexandre Benalla et le convoque. Le 3 mai, à la demande d'Emmanuel Macron, il envoie à Alexandre Benalla une lettre qui le suspens du 4 au 19 mai. Les collaborateurs de l'Élysée étaient-ils les seuls à être informés de ce dérapage ? Le préfet de police, Michel Delpuech, était lui au courant. Il en a référé au ministre de l'Intérieur qui dit avoir alerté l'Élysée, mais il n'a pas ouvert d'enquête administrative.

Le JT
Les autres sujets du JT
Alexandre Benalla à Angers, le 28 février 2018, aux côtés d\'Emmanuel Macron.
Alexandre Benalla à Angers, le 28 février 2018, aux côtés d'Emmanuel Macron. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)