Qui est Jérôme Rivoisy, le camarade de promotion d'Emmanuel Macron nommé à l'Elysée ?

Le directeur adjoint de Pôle emploi est nommé directeur général des services de l'Elysée.

Jérôme Rivoisy, le 11 avril 2014 à Lyon.
Jérôme Rivoisy, le 11 avril 2014 à Lyon. (MAXPPP)

Changement à l'Elysée. Jérôme Rivoisy, directeur général adjoint de Pôle emploi, va être nommé directeur général des services de la présidence de la République. Selon l'Elysée, cette nomination était prévue "de longue date", mais a été accélérée avec l'affaire Benalla. Il prendra ses fonctions le 17 septembre.

Franceinfo brosse le portrait de cet énarque. 

Un camarade de promotion (discret) du président

Jérôme Rivoisy et Emmanuel Macron se connaissent depuis longtemps. Les deux hommes sont issus de la même promotion de l'ENA, la promotion Senghor, sortie de l'école en 2004. Mais Jérôme Rivoisy ne figurait pas parmi les personnalités de cette promotion, explique à franceinfo Mathieu Larnaudie, auteur du livre Les Jeunes Gens. Enquête sur la promotion Senghor (Grasset, 2018). "Je pense que c’est quelqu’un de discret, il ne faisait pas partie des 'beautiful people' – comme le numéro deux de la SNCF Mathias Vicherat –, je le vois plutôt du côté des vrais technocrates", poursuit l'écrivain, qui n'a pas rencontré Jérôme Rivoisy pour son livre.

Ses liens avec le futur président sont tout aussi mystérieux. "Je ne peux pas vous dire s’il était dans ses plus proches amis, mais peut-être qu’ils se connaissaient mieux qu'on ne l'a cru", poursuit Mathieu Larnaudie. Avant sa nomination, quatre anciens élèves de la promotion Senghor – sur une cinquantaine de conseillers – travaillaient déjà à l'Elysée, à des postes moins exposés : Aurélien Lechevallier, conseiller diplomatique adjoint, Marie Fontanel, conseillère solidarités et santé, Stanislas Cazelles, conseiller outre-mer, et Franck Paris, conseiller Afrique.

Un membre de la direction de Pôle emploi

Jérôme Rivoisy a rejoint Pôle emploi en 2012, après avoir travaillé au tribunal administratif de Paris, à l'inspection générale des Finances et pour une société immobilière. Il est nommé directeur général adjoint chargé de la stratégie et des relations extérieures en 2014. Après quatre ans à ce poste, il quitte l'établissement public, dans le viseur de la justice pour harcèlement moral. Plusieurs salariés ont raconté à franceinfo comment la souffrance au travail avait gagné Pôle emploi.