Emmanuel Macron : l'analyse de sa prise de parole dans l'affaire Benalla

Le Président de la République a utilisé un certain nombre d'expressions et une a particulièrement fait réagir : "qu'ils viennent me chercher !". L'analyse en plateau de Nathalie Saint-Cricq.

FRANCE 2

Le Président de la République s'est exprimé mardi 24 juillet sur l'affaire Benalla ; l'une des expressions qu'il a utilisées a particulièrement fait réagir : "qu'ils viennent me chercher !". "C'est une formule de style, du genre 'viens ici si t'es un homme'. Ça renvoie à une image de courage, c'était le but, d'audace, du genre 'je suis votre chef, je ne suis pas un planqué", explique la journaliste. Une sémantique qui ne peut que plaire à l'opinion selon l'analyse de Nathalie Saint-Cricq. "Enfin, c'était provocant, mais peu risqué". En effet qui viendrait chercher le Président ? "Aujourd'hui l'opposition peut pester, les journalistes commenter, ce n'est pas son sujet. Lui, il voudrait s'adresser directement aux Français", poursuit la journaliste.

Un discours préparé

Est-ce que cette prise de parole était préparée ? Pour Nathalie Saint-Cricq, pas d'équivoque, les mots du Président ont été savamment orchestrés. "30 minutes de monologue, à l'offensive, une sorte d'opération commando sur vidéo, pour tenter de boucler la séquence à son avantage", conclut la journaliste. Un discours tout en attaque, qui n'a pas laissé indifférente la classe politique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron lors d\'un déplacement à Montréal (Canada), le 7 juin 2018.
Emmanuel Macron lors d'un déplacement à Montréal (Canada), le 7 juin 2018. (DAVID HIMBERT / HANS LUCAS / AFP)