Cet article date de plus de trois ans.

Alexandre Benalla "n'est pas un témoin utile" : un sénateur LREM explique pourquoi il boycottera son audition

Alors que l'audition d'Alexandre Benalla est prévue ce mercredi, le sénateur Alain Richard justifie sa décision sur franceinfo lundi de la boycotter.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le sénateur Alain Richard, lors de la cérémonie des vœux, à l'Elysée, le 4 janvier 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Les sénateurs de La République en Marche, membres de la commission d'enquête, vont boycotter l'audition d'Alexandre Benalla prévue ce mercredi. Alain Richard est l'un d'entre eux. Interrogé ce lundi matin sur franceinfo, il justifie sa décision. Pour lui, Alexandre Benalla "n'est pas un témoin utile" et son audition va "donner lieu à de la polémique et de l'agitation". Les sénateurs membres de la commission d'enquête ne doivent pas "se laisser déborder par le goût du spectacle", a-t-il ajouté.

franceinfo : Pourquoi avoir décidé de boycotter l'audition d'Alexandre Benalla, prévue mercredi ?

Je prends la commission d'enquête au sérieux. Je vois ce qu'est sa mission : mieux analyser comment fonctionne la hiérarchie du cabinet de l'Elysée, et s'il y a eu des anomalies, des choses qu'il faudrait améliorer dans les relations avec les forces de police et de sécurité du président. Pour cela, nous avons entendu un certain nombre de personnalités, un certain nombre de techniciens de la sécurité. M. Benalla, qui est la personne mise en cause devant la justice pour un acte personnel, sur lequel il va devoir se défendre, ne me paraît avoir aucune utilité pour informer à la commission. En revanche, ça va donner lieu à de la polémique et de l'agitation. A mon avis, ça ne sert pas l'image d'impartialité que devrait avoir cette commission.

Vous espérez être suivi par d'autres sénateurs ?

Je les laisse tout à fait libres. Chacun vient ou ne vient pas à certaines des auditions, parce que nous en avons beaucoup. Mais simplement, quand nous avons une mission institutionnelle et que notre objectif est d'être des redresseurs de tort, il faut que nous soyons rigoureux dans notre mission et que nous ne nous laissions pas déborder par le goût du spectacle.

François Bayrou a estimé dimanche qu'il n'y a "rien à craindre" de l'audition prévue mercredi d'Alexandre Benalla. Qu'en dites-vous ?

Je pense en effet que cette commission ne peut pas perturber les institutions, je pense simplement que cette audition inutile et que c'est préjudiciable à la sérénité et au sérieux de la commission. Je n'attends rien des déclarations de M. Benalla, qui est poursuivi devant la justice. Par ailleurs, je rappelle que cette commission doit s'abstenir d'entrer dans le champ de la justice. Or, il y a des poursuites pour des actes délictueux contre M. Benalla. J'ai beaucoup de mal à voir comment on pourrait écouter et dialoguer avec M. Benalla pendant deux heures, tout en évitant d'aborder ces sujets-là [qui relèvent de la justice]. Nous avons déjà connu ce risque-là dans d'autres auditions. On commençait à empiéter sur ce qui doit être tranché par la justice. Par rapport à ce que nous avons à rechercher comme faits, M. Benalla n'est pas un témoin utile. D'autant plus qu'il peut refuser de répondre à certaines questions. Dans ce cas-là, je ne vois pas l'utilité de cette audition.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Procès Alexandre Benalla

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.