Cet article date de plus de deux ans.

Alexandre Benalla annonce le dépôt d'une plainte contre l'association Anticor

L'association avait déposé plainte contre l'ancien chargé de mission de l'Elysée auprès du parquet national financier pour "corruption", "corruption passive", "blanchiment" et "entrave à la justice". L'intéressé a décidé de contre-attaquer. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Alexandre Benalla après sa détention provisoire à la prison de la Santé, le 26 février 2019 à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Alexandre Benalla a annoncé le dépôt d'une plainte pour "dénonciation calomnieuse" contre l'association Anticor, selon une information du Journal du dimanche confirmée par l'intéressé, samedi 19 octobre. Au mois de juillet dernier, l'association de lutte contre la corruption avait déposé plainte à son encontre pour "corruption, corruption passive, blanchiment et entrave à la justice". Anticor s'appuyait sur des articles de Mediapart évoquant un contrat passé entre un oligarque russe et une société par l'intermédiaire de Vincent Crase, un proche d'Alexandre Benalla.

Tout en partageant l'article du Journal du dimanche, l'ancien adjoint au chef de cabinet d'Emmanuel Macron a dénoncé sur Twitter l'action judiciaire d'Anticor, qualifiée d'"atteinte inadmissible à [son] honneur". Il juge par ailleurs cette affaire "ignominieuse".

"Le dépôt d'une plainte est révélateur de la mauvaise foi de l'association Anticor", a écrit son avocate Jacqueline Laffont au procureur de la République, selon les informations du Journal du dimanche. Elle estime en effet que l'association n'a pas tenu compte des corrections apportées sur le site Mediapart. Celui-ci avait d'abord écrit dans un premier temps qu'Alexandre Benalla avait négocié "de bout en bout" l'accord avant d'évoquer par la suite une simple "implication" de sa part.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Procès Alexandre Benalla

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.