Affaire Benalla : les versions de Collomb et du préfet de police de Paris divergent

Le préfet de police de Paris et le ministre de l'Intérieur ont été entendus lundi 23 juillet par les députés. Gérard Collomb s'est dédouané, mais Michel Delpuech a contredit le ministre.

France 3

Lors de son audition lundi 23 juillet, Gérard Collomb a assuré qu'il ne connaissait pas Alexandre Benalla. "Personnellement je ne le connaissais pas, je croyais même que c'était quelqu'un qui faisait plutôt partie des services de police", a déclaré le ministre aux députés lundi matin. L'après-midi, le préfet de police de Paris a affirmé qu'Alexandre Benalla était un interlocuteur connu.

"Des dérives sur fond de copinage malsain"

Les deux hommes se contredisent sur qui a donné l'alerte sur le comportement du chargé de mission de l'Élysée à la manifestation du 1er-Mai. Michel Delpuech assure avoir prévenu le cabinet du ministère de l'Intérieur. Pour Gérard Collomb, ce n'était pas à lui d'alerter la justice. Ses explications n'ont pas convaincu l'opposition de droite comme de gauche. Le préfet de police résume ainsi cette affaire : "Ces événements résultent de dérives individuelles inacceptables, condamnables, sur fond de copinage malsain." La commission d'enquête parlementaire va continuer à auditionner des témoins au Sénat ou à l'Assemblée tout au long de la semaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Michel Delpuech, préfet de police de Paris, lors de son audition par la commission des Lois, sur l\'affaire Alexandre Benalla, à l\'Assemblée nationale, le 23 juillet 2018.
Michel Delpuech, préfet de police de Paris, lors de son audition par la commission des Lois, sur l'affaire Alexandre Benalla, à l'Assemblée nationale, le 23 juillet 2018. (MAXPPP)