Cet article date de plus d'onze ans.

Elue au premier tour, la socialiste Carole Delga fait ses premiers pas à l'Assemblée nationale

Trente-six députés ont été élus au premier tour des élections législatives dimanche 10 juin. Parmi eux seulement trois petits nouveaux. France TV 2012 a suivi les premiers pas de la socialiste Carole Delga à l'Assemblée nationale vendredi 15 juin.
Article rédigé par Natalia Gallois, Hervé Pozzo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
La députée PS Carole Delga fait ses premiers pas à l'Assemblée nationale (FTV)

Trente-six députés ont été élus au premier tour des élections législatives dimanche 10 juin. Parmi eux seulement trois petits nouveaux. France TV 2012 a suivi les premiers pas de la socialiste Carole Delga à l'Assemblée nationale vendredi 15 juin.

Palais-Bourbon, Paris - Pour ses premiers pas à l'Assemblée nationale, Carole Delga n'est pas seule. Son prédécesseur dans la 8e circonscription de Haute-Garonne, Jean-Louis Idiart, a tenu à être à ses côtés. En effet, la députée socialiste qui lui succède a été élue pour la première fois, et au premier tour des élections législatives.

"Je suis très heureux qu'elle ait été élue au premier tour, et heureux de finir mon mandat en sachant qu'elle va me succéder, Carole est pleine d'énergie", affirme celui qui va quitter le palais Bourbon où il siège depuis 19 ans.

"C'était important qu'il soit là, on a fait campagne ensemble dans la circonscription. Et après quatre mandats, ses conseils vont être précieux", répond Mme Delga.

Au programme ce matin : le rituel d'accueil immuable qui attend chaque député. Dans la cour d'honneur, une tente blanche a été dressée depuis lundi pour les recevoir. La semaine a été calme. Alors qu'en 2007, 110 députés avaient été élus au premier tour, ils ne sont que trente-six cette année. Et seulement trois d'entre eux, les nouveaux arrivants, doivent venir faire l'ensemble des démarches d'inscription.

Une arrivée au Palais Bourbon qui attire micros et caméras. Pas moins de trois équipes de télévision attendent Mme Delga ce matin.

Photo d'identité, badge, téléphone, transports. Les premières considérations matérielles sont minutieusement réglées. La député fraîchement élue se voit même remettre une clé USB renfermant les informations pratiques. Fonctionnement et plan du Palais, heures d'ouverture du coiffeur ou des buvettes, tout y est.

"Vous savez, l'Assemblé nationale c'est un lieu où tout est fait pour que les députés puissent réussir leur mandat, il ne leur reste plus qu'à travailler après", précise en souriant M. Idiart.

Et pour parfaire la panoplie du député modèle : la fameuse mallette, qui dans sa version moderne a été remplacée par une valise à roulettes. "Ce n'est plus une mallette en cuir, c'est une petite valise bien costaud pour qu'elle tienne 5 ans", s'amuse un agent.

Le contenu lui, n'a pas changé : une cocarde destinée à la voiture, un insigne et surtout l'écharpe tricolore. "Elle ne va plus la porter avec le bleu en haut, comme lorsqu'elle était élue locale. En tant que député c'est le rouge que l'on met en haut", précise M. Idiart en habitué.

Enfin, direction l'hémicycle pour la socialiste, qui va y faire son entrée pour la toute première fois. "C'est le plus important, c'est là que ça se passe, c'est le saint des saints", souffle son prédécesseur, nostalgique. "Pour moi c'est fini. La seule chose qui me manquera, c'est de ne plus pouvoir entrer ici", ajoute-t-il.

Objectif de ce passage obligé : le cliché officiel. Rayonnante dans sa robe rouge assortie aux fauteuils, Mme Delga se prête au jeu des photographes. Le résultat a son importance.

"C'est quasiment la seule fois où l'on nous voit en pied dans l'hémicycle. C'est une symbolique très forte. On l'utilise à chaque fois qu'on a besoin d'une certaine solennité, par exemple pour les cartes de vœux", rappelle M. Idiart.

"Je suis un peu impressionnée mais les choses s'enchaînent vite depuis dimanche, je ne réalise pas trop", avoue Mme Delga. "Je serai sûrement plus émue le jour de la cérémonie officielle".

En attendant, celle qui a ressenti le poids des responsabilités le soir de l'élection, ne souhaite pas perdre de temps. Elle a déjà réfléchi à ses vœux pour les commissions. "En un, la commission des finances, en deux la commission économique, et en trois celle des affaires sociales".

Mais pour l'heure, c'est au bureau de poste que la socialiste doit passer : "J'ai déjà du courrier !", glisse-t-elle dans un sourire. "Moi, je vais chercher mon cartable, et remplir mon dossier de retraite", ironise M. Idiart.

Et la valse des prises de fonctions ne fait que commencer. Lundi, ce sera au tour des 541 autres députés élus dimanche lors du second tour de faire leur entrée au Palais-Bourbon. Tous devraient être prêts pour l'ouverture officielle de la XIVe législature mardi 26 juin et l'élection de leur président pour les cinq années à venir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.