Violences psychologiques : Julien Bayou "instrumentalise cette affaire à des fins politiques", estime l'avocate de son ex-compagne

Me Élodie Tuaillon-Hibon assure que Julien Bayou utilise cette affaire "pour se victimiser et essayer de faire la peau à une de ses opposantes", citant sans la nommer Sandrine Rousseau.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Maître Élodie Tuaillon-Hibon, avocate de l'ex-compagne de Julien Bayou. (JOEL SAGET / AFP)

Accusé de violences psychologiques par son ex-compagne, Julien Bayou, l'ancien secrétaire national d'Europe Écologie-Les Verts, "instrumentalise cette affaire à des fins politiques", estime mercredi 5 octobre sur franceinfo l'avocate de l'ancienne petite amie, Maître Élodie Tuaillon-Hibon, qui prend la parole pour la première fois. Julien Bayou s'est défendu la veille sur France 5, se disant "innocent de faits qui" ne lui ont pas été "présentés et dont" il ne peut se "défendre". Me Élodie Tuaillon-Hibon y voit dans cette interview "la continuation de son storytelling, de sa campagne médiatique".

>> "Il n'y a pas d'affaire Bayou, il n'y a pas d'accusation", réagit Julien Bayou, accusé de violences psychologiques envers son ex-compagne

En s'exprimant à plusieurs reprises dans les médias, Julien Bayou tente, selon Me Élodie Tuaillon-Hibon de "faire pression pour intervenir sur la cellule" interne de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Elle dénonce de la part de Julien Bayou une "instrumentalisation pour se victimiser et essayer de faire la peau à une de ses opposantes", citant sans la nommer Sandrine Rousseau. "S'il avait vraiment le respect qu'il prétend pour les victimes, pour les femmes et pour son ex-compagne, il ne ferait pas ça", ajoute l'avocate de l'ex-compagne de Julien Bayou. Il se "répand dans les médias pour former une pression médiatique", insiste-t-elle.

Me Élodie Tuaillon-Hibon assure que le processus de la cellule, qui n'a pas encore entendu ni sa cliente, ni l'ancien secrétaire national d'EELV, n'est pas anormal : dans n'importe quelle cellule interne "le contradictoire n'est que minimal", précise-t-elle. Elle explique qu'il "y a des anonymisations pour préserver la parole à l'intérieur, pour éviter les pressions".

L'avocate ne ferme pas la porte au dépôt d'une plainte par sa cliente : "C'est un choix qui lui appartient", affirme-t-elle. Elle précise cela dit ne pas savoir si "elle aura encore les épaules, la force et la volonté pour aller en justice et subir une campagne qui sera, n'en doutons pas, plus importante". L'ex-compagne de Julien Bayou "ne va pas bien". Selon son avocate, elle "a exprimé le souhait que son ancien compagnon cesse de parler à sa place".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe-Ecologie Les Verts (EELV)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.