Vidéo Yannick Jadot veut "l'impunité zéro pour les violences sexuelles"

Publié Mis à jour
"Dimanche en politique". Invité : Yannick Jadot
Article rédigé par
F.Letellier, I.Alemagna - France 3
France Télévisions

Yannick Jadot, candidat Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle 2022, est l'invité de "Dimanche en Politique" dimanche 5 décembre.

La campagne présidentielle de Yannick Jadot, candidat des Verts, est bousculée par l'affaire Nicolas Hulot, accusé de viols et d'agressions sexuelles par plusieurs femmes. L'eurodéputé est notamment revenu sur sa décision de démettre de ses fonctions le porte-parole de sa campagne, Matthieu Lorphelin, un proche de l'ancien ministre de l'Ecologie. "Je l'ai mis en retrait, pour qu'il puisse répondre librement aux questions que pose cette affaire", a-t-il expliqué sur le plateau de France 3 dimanche 5 décembre avant de parler plus longuement des violences sexistes et sexuelles. 

"Je suis choqué qu'Emmanuel Macron, sur un sujet aussi essentiel, parle d'inquisition médiatique. On a un viol toutes les six minutes dans ce pays. Le gouvernement, qui ne s'est pas donné les moyens dans ce domaine, est du mauvais côté de l'histoire." Le candidat des Verts a indiqué, "qu'une fois au pouvoir", il mettrait sur la table "l'impunité zéro sur les violences sexuelles" : "Les PPDA, les Nicolas Hulot et les autres sont partout : dans les administrations, le théâtre, les associations. Il faut lutter contre eux", insiste-t-il.

"Oui" au Parlement européen à Strasbourg

Jeudi 2 décembre, Emmanuel Macron a défendu l'idée que le Parlement européen pourrait voter des lois européennes. Une idée à laquelle adhère Yannick Jadot : "C'est le principe de la construction européenne." Interrogé sur le lieu du siège du Parlement européen, le député a soutenu qu'il fallait le maintenir dans la capitale alsacienne. "Il faut un siège unique à Strasbourg", a-t-il déclaré, "pour déconcentrer les institutions européennes et que tout le monde se sente plus proche de notre maison commune".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.