DSK dénonce le "diktat" allemand dans la gestion de la crise grecque

C'est une sortie remarquée de l'ancien directeur général du FMI. Dans une lettre ouverte sur les réseaux sociaux, DSK déplore les conditions de l'accord conclu avec Athènes, "profondément néfaste, presque mortifère", et accuse l'Allemagne d'imposer un "diktat" qui pourrait mener l'Union européenne à sa perte.

(L'ancien directeur général du FMI accuse l'Allemagne d'imposer un "diktat" qui peut mener l'UE à sa perte, dans une lettre ouverte qui déplore les conditions dans lesquelles un accord avec la Grèce a été trouvé © Reuters)

C'est une charge violente. Même si Dominique Strauss-Kahn prend la peine d’épargner au début de son texte François Hollande et Angela Merkel, c’est pour mieux critiquer l’accord qu’ils ont trouvé pour la Grèce. DSK évoquent des conditions "proprement effrayantes" pour ceux qui croient encore à l’avenir de l’Europe. "Ce qui s'est passé pendant le week-end dernier est pour moi fondamentalement néfaste, presque mortifère", écrit DSK. L'ex-ministre français des Finances dit s'adresser à ses

"amis allemands" qui comme lui "croient en l'Europe que nous avons voulu ensemble naguère", et à sa culture qui "incarne et revendique (...) une solidarité citoyenne".

Encore une fois, l’ancien patron du Fonds monnétaire international recommande un effacement d’une partie de la dette grecque. Pour Dominique Strauss-Kahn, l’Europe est trop petite pour perdre l’un de ses pays et risque de se retrouver sous la coupe des Etats-Unis.

A LIRE AUSSI | Ce que prévoit l'accord sur la Grèce conclu à Bruxelles

"Nous, nous sommes dans l'action pas dans le commentaire" (Manuel Valls)

Manuel Valls a répondu à cette tribune samedi soir à Avignon. Après avoir vu la pièce Richard III, en allemand, il a renvoyé Dominique Strauss-Kahn à son statut de commentateur. "Il faut avoir une vision volontariste et optimiste. il ne vaut pas regarder vers le passé. Je pense qu'on le verra en Grèce. On peut sortir progressivement de cette crise mais il faut prendre des initiatives pour conforter la zone euro. tout ce la va dans le bon sens et cet accord était nécessaire. Nous, nous sommes dans l'action pas dans le commentaire et ce que souhaitent les Français et les Européens, c'est l'action et des résultats, pas des commentaires de loin, pas en surplomb, il faut être au cœur des problèmes ", a lancé le Premier ministre.

► A LIRE AUSSI | Le Bundestag dit "oui" à de nouvelles négociations avec la Grèce

 

Il y a maintenant deux camps, très nets, ceux qui croient à l’accord pour la Grèce et ceux qui pensent, comme Dominique Strauss-Kahn, qu’il n’a encore rien réglé, que l’Europe risque encore le chaos.

DSK critique avec des mots durs l'accord conclu entre Athènes et l'UE. Olivier Bost
--'--
--'--