Vidéo Dissolution, Front Populaire, RN, LR... : le temps des grandes manœuvres

Publié Mis à jour
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Après l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, posez vos questions aux invités du Talk de franceinfo sur la première semaine de campagne électorale.

Quelques heures après les résultats des élections européennes, le Président de la République, Emmanuel Macron annonce dans une allocution télévisée la dissolution de l’Assemblée nationale, et l’organisation d’élections législatives anticipées dès le 30 juin pour le 1er tour et le 7 juillet pour le second.

Venez poser vos questions et échanger avec les invités du Talk de franceinfo ! Ludo Pauchant reçoit la communicante politique Emilie Zapalski, Quentin Calmet, journaliste politique et parlementaire à Public Sénat et Luca Lescop, fondateur de Fast Infos.

Alliances et début de la campagne électorale accélérée

Lundi 10 juin, les dirigeants des principales forces de gauche sont parvenus à trouver un accord pour une union populaire avec des candidatures uniques pour les élections législatives. Manuel Bompard, coordinateur de la France insoumise a déclaré : “notre volonté est de partir ensemble dans cette bataille pour proposer une alternative”. Les négociations se poursuivent en vue d’établir un programme pour le “Front populaire”

De son côté, Eric Ciotti, président du parti Les Républicains a annoncé, mardi 11 juin, son souhait de passer un accord électoral avec le Rassemblement national en vue des législatives anticipées. Cette déclaration a provoqué une crise à l’intérieur du parti de droite, certains élus sortants ont notamment appelé à le démettre. Le lendemain, les cadres du parti LR ont voté à l’unanimité pour l’exclusion de leur président. “Il n’y a pas de place pour les traîtres” a assuré Valérie Pécresse, président LR de la région Île-de-France.


Mercredi 12 juin, le chef de l’État a longuement répondu aux questions des journalistes lors d’une conférence de presse, pour défendre ses choix politiques et conjurer “l’esprit de défaite” qui gagnerait les rangs du camp présidentiel avant le scrutin. Emmanuel Macron a notamment appelé au rassemblement “contre les extrêmes, en pointant du doigt l’alliance d’Eric Ciotti et le RN, et LFI qu’il reproche de créer “un désordre parfois constant” et “inquiétant

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.