Cet article date de plus de huit ans.

Deux tiers des soutiens de Sarkozy sont pour un accord UMP-FN mais autant de Français sont contre

Les deux tiers des partisans de Nicolas Sarkozy souhaitent un accord entre l'UMP et le parti de Marine Le Pen, selon le dernier baromètre OpinionWay Fiducial pour Les Echos et Radio Classique. Une entente rejetée par la même proportion de Français.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen (mars 2011) et Nicolas Sarkozy (novembre 2011). (AFP - François Guillot - Pierre Andrieu)

Les deux tiers des partisans de Nicolas Sarkozy souhaitent un accord entre l'UMP et le parti de Marine Le Pen, selon le dernier baromètre OpinionWay Fiducial pour Les Echos et Radio Classique. Une entente rejetée par la même proportion de Français.

Le chiffre est identique mais l'opinion strictement inverse.

Si une majorité des électeurs de Nicolas Sarkozy sont favorables à un accord entre l'UMP et le Front national, 64% des Français, sont à l'inverse opposés à une telle perspective, selon une étude d'OpinionWay Fiducial publiée mardi par les Echos.

Opinions opposes selon les électorats

A la question : "Souhaitez-vous que l'UMP et le Front national passent un accord avant les élections législatives ?", 64% des soutiens du président-candidat répondent par l'affirmative contre 35 % qui sont contre.

Des chiffres parfaitement identiques à la proportion de Français, qui à l'inverse, se disent opposés à une telle entente UMP-FN.

Une majorité d'électeurs du FN pour un accord avec l'UMP

Si l'on sonde les électeurs frontistes, 59% sont pour un accord avec l'UMP contre 41%.

A l'inverse 92% des soutiens de François Hollande et de Jean-Luc Mélenchon y sont opposés.

Hollande (54%) devant Sarkozy (46%)

Autre enseignement du baromètre, la victoire confirmée du candidat socialiste.

François Hollande recueille 54% des intentions de vote, contre 46% pour Nicolas Sarkozy.

Une majorité de Français favorable à un seul débat d'entre-deux-tours

Enfin sur la question du nombre de débats avant le second tour de la présidentielle, 61% des Français n'en souhaitent qu'un seul. Un chiffre qui se monte à 90% pour les électeurs socialistes.

A l'inverse, les partisans de Nicolas Sarkozy sont majoritairement (80%) favorables à l'organisation de deux, voire trois débats.

Ils risquent fort d'être déçus. Le favori des sondages a rejeté l'offre.

* Etude réalisée les 23 et 24 avril 2012, auprès d'un échantillon de 1.145 personnes inscrites sur les listes électorales.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.