Cet article date de plus de six ans.

Congrès PS de Poitiers : en attendant Manuel Valls …

Un discours du Premier ministre est prévu à la mi-journée au 77e congrès du PS à Poitiers. Va-t-il réveiller les débats alors que les grands enjeux ont déjà été tranchés par les militants ?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Manuel Valls est arrivé vendredi soir à Poitiers au congrès du PS pour un discours samedi midi © MaxPPP)

Le Premier ministre, Manuel Valls, va prendre la parole samedi midi, au congrès du PS qui s'est ouvert vendredi à Poitiers. Les orientations politiques du parti étant déjà choisies par les militants, l'heure n'est pas aux débats, ce que regrettent des représentants de l'aile gauche du PS.

A LIRE AUSSI ►►► PS : Jean-Christophe Cambadélis élu à "plus de 70%"

Tous les spécialistes des congrès socialistes le savent, le Premier ministre est doué pour retourner les salles. Par la seule force du verbe, Manuel Valls a le don d’emporter l’adhésion d’un public qui n’est pas toujours acquis d’avance. Cette fois, l’accueil s’annonce bienveillant. Le vote des militants s’est porté en faveur d’un choix de soutien au gouvernement. Le chef du gouvernement vient donc capitaliser sur cette victoire. Le discours s’annonce logiquement rassembleur.

A peine ouvert et déjà plié

Jusqu’ici, le congrès de Poitiers s’est révélé plutôt morne. L’absence d’enjeu est commentée sur place. Les socialistes eux-mêmes préfèrent en rire, à l’heure des retrouvailles par affinités le soir sur les terrasses des cafés. "On ne sait plus quoi faire pour appâter le chaland"  a fait semblant de se désoler une élue francilienne. "Il est bizarre, ce congrès, on dirait un fake" a lancé un ancien ministre tandis qu'un ténor de la gauche du parti poussait la plaisanterie en envisageant carrément "un strip-tease en salle plénière" pour réveiller le congrès.

Le reportage de Louise Bodet au congrès du PS à Poitiers
écouter
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.