Charles Pasqua est décédé

L'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua est mort ce lundi à l'âge de 88 ans. Cet homme de droite, gaulliste convaincu, a également été président du conseil général des Hauts-de-Seine.

(Charles Pasqua © MaxPPP)

Né à Grasse en 1927, Charles Pasqua a succombé ce lundi à un AVC intervenu dimanche soir, comme l'a indiqué Patrick Balkany sur France Info.

Gaulliste convaincu, ministre de l'Intérieur sous Mitterrand

Engagé dans la résistance lors de la seconde guerre mondiale, Gaulliste convaincu, Charles Pasqua a grandi politiquement dans les Hauts-de-Seine. D'abord député, puis sénateur, il est finalement élu président du conseil général des Hauts-de-Seine en 1988. Il restera à ce poste jusqu'en 2004. Juste avant, Charles Pasqua a occupé le poste de ministre de l'Intérieur, entre 1986 et 1988, pendant le premier septenat de François Mitterrand.

Reconnaissable à sa faconde méridionale, homme de réseaux qui participa à la fondation du RPR, Charles Pasqua fut proche de Jacques Chirac jusqu'au début des années 1990. Il fût ensuite un trublion de son parti, auquel il tenta d'imposer sa vision de l'indépendance de la France. Il ne cachait pas non plus son intérêt pour une alliance avec le Front national. 

La rupture avec Chirac

En 1995, il se rapprocha d'Edouard Balladur, dont il fut un soutien lors de la présidentielle de 1995, marquant sa rupture avec Jacques Chirac et le RPR. En 1999, lors des élections européennes, il présenta même une liste dissidente aux côtés de Philippe de Villiers.

En 1994, après l'assaut sur un Airbus détourné par un commando du GIA Algérien, il était resté célèbre pour avoir déclaré qu'il fallait "terroriser les terroristes ".

Une carrière entachée par les affaires

Un fait tragique a aussi marqué sa carrière. La mort de l'étudiant franco-algérien Malik Oussekine, pendant les manifestations étudiantes contre la loi Devaquet en 1986. Charles Pasqua était alors ministre de l'Intérieur et l'étudiant avait succombé sous les coups de policiers. 

Charles Pasqua a été cité dans près d'une dizaine d'affaires et notamment dans celle de vente d'armes à l'Angola. Il avait été condamné définitivement en 2010 dans deux dossiers : le financement illégal de sa campagne européenne de 1999 et dans l'affaire des détournements de fonds au préjudice de la Sofremi (exportation de matériel de sécurité).

Dernière apparition publique au congrès des Républicains

Il avait mis un terme à sa carrière politique en 2011. Sa dernière apparition publique remonte au 30 mai dernier, lors du congrès fondateur des Républicains. Le 6 juin dernier, il était l'invité de France Info pour raconter comment il avait vécu le Débarquement en juin 1944.